La police égyptienne traque les suspects

La police égyptienne traque six Pakistanais suspectés d’être liés aux attentats de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, le pire carnage commis en Egypte depuis des décennies. Des photos des six hommes, dont les passeports ont été retrouvés dans un hôtel non précisé de Charm el-Cheikh, ont été distribuées dans les postes de police du Sinaï, une péninsule à l’est du Caire, et voisine d’Israël.
Ces informations de sources policières, encore imprécises, pourraient orienter l’enquête vers une piste d’islamistes extrémistes pakistanais, comme la série d’attentats de Londres plus tôt en juillet.
Quarante-huit heures après les trois attentats – dont les bilans officiels contradictoires sont de 88 ou 64 morts -, les forces de sécurité égyptiennes sont totalement mobilisées, quadrillant en particulier le sud du Sinaï. Lundi matin, une vaste opération a été engagée dans une région montagneuse proche de deux localités du sud Sinaï où auraient trouvé refuge deux des suspects pakistanais, selon des sources de sécurité. Cent trente personnes ont déjà été arrêtées, y compris certaines déjà interpellées après un précédent attentat ayant coûté la vie à 34 personnes en octobre 2004, à Taba, une autre cité touristique du Sinaï. Depuis un an et demi, l’Egypte, considérée comme un pays arabe allié des Occidentaux, est en proie à un renouveau d’attentats terroristes, après une longue accalmie consécutive à une répression féroce d’islamistes radicaux.
Les experts, sans établir jusqu’à présent une corrélation avec les attentats qui ont fait 56 morts à Londres, estiment crédibles leurs revendications par des groupes liés à la nébuleuse d’Al-Qaïda.
Après celle d’Al-Qaïda, une seconde revendication, émanant d’un groupe inconnu disant s’appeler "les Moujahidine d’Egypte", a été diffusée sur Internet, donnant les noms de cinq "martyrs" ayant commis les attaques. La police a divulgué les noms des Pakistanais dont les passeports ont été retrouvés dans un hôtel. Ils étaient arrivés le 5 juillet à l’aéroport de Charm el-Cheikh. Trois des auteurs des attentats de Londres du 7 juillet dernier étaient d’origine pakistanaise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *