La presse compte les points de la « Bataille » de La Haye

Les journaux israéliens soulignent à la fois l’impact des interventions palestiniennes devant la Cour, contre le « mur de l’apartheid » et celui des manifestations des partisans d’Israël à l’extérieur « contre le terrorisme ».
« A l’intérieur de l’hémicycle, on a parlé de l’occupation (israélienne), à l’extérieur on manifestait contre l’occupation », titre le quotidien «Haaretz». Le «Maariv» fait sa manchette sur les manifestants israéliens brandissant les photos de 935 personnes victimes d’attentats avec pour titre « 935 avocats » de la cause d’Israël.
Le journal populaire estime qu’Israël a « réussi cette fois à faire passer son message au monde entier ». Pour le journal à grand tirage Yediot Aharanot, le bilan est plus nuancé. « Knock out à l’interieur de l’hémicycle, match nul à l’extérieur », titre le journal qui rapporte les manifestations pro-palestiniennes dans la rue.
Il estime que la campagne israélienne contre « le terrorisme » ne peut porter ses fruits, car elle ne répond pas à l’accusation principale portée contre la construction du « mur » portant sur son tracé s’enfonçant profondément par endroits en Cisjordanie.
Côté palestinien, tous les journaux faisaient leur Une mardi sur l’ouverture des audiences de la CIJ, «Al-Hayat Al-Jadida» les qualifiant de « procès historique du mur, de l’occupation, et de la colonisation ». Cité par le journal «Al-Ayyam», le chef de la délégation palestinienne à La Haye, Nasser Al-Qidwa, a affirmé que les Palestiniens avaient réussi à « écraser les Israéliens, que ce soit devant la Cour ou lors des manifestations dans la ville de La Haye ».
Pour «Al Hayat Al-Jadida», organe officieux de l’Autorité palestinienne, « il ne faut pas minimiser l’importance de cette Cour, même si sa décision n’est pas contraignante. »
Il rappelle qu’en 1971, « la CIJ avait rendu un avis déclarant illégale la présence sud-africaine en Namibie. Cet avis, qui avait conduit à l’imposition de sanctions contre l’Afrique du Sud, était aussi consultatif et le gouvernement raciste de l’époque à Pretoria s’était opposé à la saisine de la CIJ et contesté sa compétence. En 1989, la Namibie a obtenu son indépendance ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *