La production dans les mines suspendue, faute d’électricité

La pénurie d’électricité en Afrique du Sud a encore paralysé lundi la production des mines de la première puissance économique du continent, pour la quatrième journée consécutive, a-t-on appris auprès des compagnies minières. Les principaux groupes miniers ont précisé que la compagnie publique d’électricité Eskom avait accepté, lors de négociations pendant le week-end, de recommencer à les approvisionner, mais en quantité limitée, et que cela n’était pas suffisant pour relancer une production normale. «Nous continuons à assurer la maintenance et d’autres choses que nous pouvons faire sans Eskom, mais aucune de nos mines ne fonctionne en ce moment», a déclaré lundi à l’AFP Tom Tweeedy, porte-parole de De Beers, premier producteur mondial de diamants. Ce groupe, ainsi que Gold Fields, Harmony et AngloGold Ashanti, les trois géants de l’or dont l’Afrique du Sud est le premier producteur mondial, avaient été contraints d’arrêter leur production vendredi, Eskom ne parvenant plus à les fournir en électricité. Reidwaan Wookay, porte-parole de Gold Fields, a ajouté qu’un approvisionnement partiel avait été rétabli, mais que cela ne permettait que d’assurer la maintenance.
«Nous respectons les règles de sécurité et l’électricité dont nous disposons n’est pas suffisante pour envoyer les mineurs au fond», a-t-il déclaré. «Nous l’utilisons pour entretenir les mines et faire en sorte qu’elles soient sûres. Cela ne nous permet pas de creuser ou de lancer une quelconque production», selon la même source. AngloGold Ashanti n’envisageait pas non plus lundi de reprise immédiate de ses activités d’extraction.
«Nous attendons de voir ce que fait Eskom. Ils nous ont dit qu’ils allaient augmenter l’approvisionnement en électricité», a déclaré un porte-parole, Steven Lenahan. «Nous ne sommes pas en production et ne le serons pas pour un moment». Une porte-parole d’Eskom, Nto Rikhotso, a précisé qu’«il y a eu une réunion (pendant le week-end, ndlr) entre Eskom, les compagnies minières et le ministère de l’Energie et des Minéraux. Un accord a été conclu selon lequel les mines peuvent utiliser 70 à 75% d’électricité pour leur production». «Une autre réunion est prévue demain mardi», a-t-elle ajouté.
L’arrêt de la production suscite des craintes d’éventuels licenciements, étant donné qu’Eskom a averti que la pénurie d’électricité risquait de durer jusqu’en 2013.
Le gouvernement avait reconnu vendredi être confronté à une «urgence nationale» et présenté ses excuses pour ne pas avoir développé à temps ses infrastructures électriques, dépassées par le boom de la croissance économique de ces dernières années.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *