La république de guinée en état de siège

Le président Lansana Conté a décrété lundi soir un état de siège en Guinée, où plus d’une centaine de personnes ont été tuées depuis début janvier lors d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants exigeant son départ. Un important dispositif de sécurité a été déployé mardi dans les rues de la capitale guinéenne désertées totalement par les civils au premier jour de l’état de siège décrété lundi soir par le président Lansana Conté, ont rapporté des habitants.
Dès l’aube, des militaires, gendarmes et policiers ont été déployés aux points stratégiques et sur les principales artères de Conakry et de sa banlieue, selon les mêmes sources. Des blindés ont pris position à plusieurs carrefours, notamment près de l’aéroport, en banlieue et sur la Place du 8 novembre, point d’entrée vers le centre-ville, selon ces sources.Les rues étaient totalement désertées par les habitants en début de matinée et aucun véhicule ne circulait, conformément au couvre-feu instauré par les autorités vingt heures sur vingt-quatre. La circulation est seulement autorisée de 16h00 à 20h00 (locales et GMT).
L’état de siège prévoit notamment un couvre-feu de 20 heures sur 24, l’interdiction de «cortèges, défilés et manifestations» ainsi que des «réunions publiques ou privées propres à provoquer ou entretenir le désordre». «Des perquisitions de jour et de nuit» sont désormais autorisées et de très sévères restrictions sur la presse sont instaurées.Le chef de l’Etat a demandé à l’armée de «prendre toutes les dispositions» pour éviter «une guerre civile» lors d’une brève intervention radio-télévisée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *