La résolution de l’ONU sera «sans conséquences»

La résolution de l’ONU sera «sans conséquences»

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a jugé mercredi qu’une prochaine résolution du Conseil de sécurité de l’ONU serait «sans conséquences», au lendemain d’un accord des grandes puissances sur un projet de résolution pour obliger l’Iran à suspendre son enrichissement d’uranium. «Notre position est très claire. Pour nous, l’affaire nucléaire est terminée», a déclaré M. Ahmadinejad, cité sur le site internet de la télévision d’Etat. Les grandes puissances ont «adopté une résolution sans conséquences», a-t-il ajouté, dans une réaction à l’annonce d’un accord mardi des cinq membres permanents du Conseil de sécurité et de l’Allemagne sur un projet de résolution accentuant les sanctions contre Téhéran.
Les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne sont convenus mardi à Berlin du texte d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité pour dissuader l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.
Cette proposition de résolution doit être présentée au Conseil de sécurité dans les prochaines semaines, selon le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.
Selon un haut responsable américain qui a requis l’anonymat, «la résolution sur laquelle ils sont tombés d’accord accentue la sévérité des sanctions» déjà adoptées contre l’Iran, comme les refus de visas à certains dirigeants iraniens et le gel des avoirs des entreprises liées au programme nucléaire, et «ajoutera de nouveaux éléments».
Le projet de résolution n’a pas été divulgué, mais prévoit que «des négociations directes sur le règlement de toutes les questions liées au programme nucléaire iranien» seront lancées entre l’Iran et les Six, y compris les Etats-Unis, si Téhéran accepte les propositions des Six, a déclaré à l’issue de la réunion de Berlin le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cité par l’agence de presse russe Ria-Novosti.
La communauté internationale soupçonne l’Iran de poursuivre en secret un programme nucléaire militaire. Téhéran soutient que son programme est purement civil et ne vise qu’à satisfaire ses besoins croissants en énergie.
Dans ses résolutions 1737 (décembre 2006) et 1747 (mars 2007), le Conseil a imposé, puis alourdi, des sanctions économiques et commerciales contre l’Iran, pour le contraindre à suspendre ses activités sensibles, l’enrichissement d’uranium et le retraitement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *