La trêve entre en vigueur à Gaza, mais les doutes persistent

Israël et le Hamas ont mis jeudi un terme aux combats dans la bande de Gaza, mais les deux camps n’ont pas caché leurs doutes sur la longévité du cessez-le-feu.
Peu avant que la trêve n’entre en vigueur, un missile israélien a tué un activiste palestinien et en a blessé un autre près de la clôture qui sépare le territoire côtier du sud d’Israël, a-t-on appris de source médicale et auprès des activistes. Le cessez-le-feu est entré en vigueur à 06h00 locales (03h00 GMT), après une nouvelle journée de violences transfrontalières: une trentaine de roquettes et une dizaine d’obus de mortier tirés de la bande de Gaza se sont écrasés en territoire israélien, sans faire de victimes graves, a annoncé Tsahal. Plusieurs Palestiniens ont été blessés par des bombardements aériens israéliens visant des combattants du Djihad islamique et des Comités de résistance populaire.
«Ce qu’ils qualifient d »apaisement’ est fragile et sa durée de vie sera probablement limitée», a dit le Premier ministre israélien, Ehud Olmert. Israël, a-t-il ajouté, le mettra en oeuvre mais son armée continuera de se préparer à d’éventuelles opérations militaires pour le cas où la trêve ne tiendrait pas. Cette trêve vise à obtenir l’arrêt des tirs de roquettes et des attentats palestiniens contre Israël et, en contrepartie, la fin des incursions et raids israéliens dans l’enclave côtière.
Des responsables occidentaux ont indiqué qu’Israël envisageait de laisser entrer un peu plus de camions de marchandises à partir de dimanche, à condition que le cessez-le-feu ait été respecté. L’administration de la bande de Gaza échoit au Hamas, mais plusieurs groupes armés plus réduits ont déjà par le passé ignoré les appels au calme du parti islamiste. Au moment de l’entrée en vigueur de la trêve, les Brigades Ezzedine al Kassam, branche armée du Hamas, ont publié un communiqué disant que le cessez-le-feu n’est «en aucun cas un cadeau gratuit» à Israël qu’elles ont mis en garde contre toute violation de la trêve. «Les Brigades al Kassam sont totalement prêtes à lancer une attaque militaire qui ébranlerait l’entité sioniste si elle ne se conforme pas à toutes les dispositions de l’accord d’apaisement et l’ennemi sioniste sera responsable de tout acte insensé qu’il pourrait commettre», dit le communiqué. Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, s’est dit confiant de voir l’ensemble des factions respecter le cessez-le-feu, par sens de la «responsabilité nationale».


• Nidal al Moughrabi (Reuters)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *