L’abbé Pierre et le fanatisme religieux

L’abbé Pierre et le fanatisme religieux

Lorsque s’est terminé le siècle passé, qui aurait pu craindre ou pressentir ce que maintenant notre monde connaît de violence, qui s’empare de courants importants dans chacune des familles religieuses de l’humanité? Chaque bombe, de quelque couleur qu’elle soit, qui éclate et qui tue en proclamant «Dieu le veut», tout ce sang répandu au nom de la foi nous scandalise et nous bouleverse.
Les actes terroristes sont épouvantables et frappent tous les esprits, mais comment espérer en sortir autrement que par le pire si on ne regarde pas profondément la réalité ?    
Je viens de relire une encyclopédie sur vingt siècles de christianisme, et j’ai été frappé de découvrir ce qu’ont vraiment été les Croisades. Derrière le prétexte de vouloir libérer les Lieux saints et de permettre aux pèlerins de s’y rendre en sécurité, s’est mise en place une gigantesque entreprise de domination, de pillages, de massacres atroces. Cela a atteint non seulement les populations arabo-musulmanes, mais aussi les Grecs orthodoxes avec le sac épouvantable de Byzance. Il reste de cette période, qui s’est étendue sur environ deux siècles, des traces très profondes chez les Musulmans et aussi chez les Orthodoxes.
L’idée même de croisade, c’est-à-dire de verser du sang pour être propriétaire des lieux de la vie de Jésus, est déjà tout à fait révoltante. Mais utiliser ce prétexte pour tuer des populations civiles et dans le véritable but de dominer et de s’enrichir l’est encore plus.    
C’est pourquoi je m’interroge sur la «croisade», ce sont ses propres mots, que George W. Bush est en train de mener au Moyen-Orient. Il y a eu tellement de mensonges derrière ses beaux discours sur la volonté d’apporter la liberté et la démocratie, tellement de sang versé chez les civils innocents, tellement de bas calculs politiques et économiques, qu’on ne peut s’empêcher de se dire que l’histoire, hélas, se répète.
Fallait-il répondre à la terrible provocation des terroristes d’Al Quaïda par une nouvelle croisade? Guérit-on le mal par le mal ? Je crains que tout cela n’entraîne le monde dans une nouvelle guerre entre la civilisation chrétienne et la civilisation musulmane -ce que souhaitait Ben Laden -, conflit que l’on aurait parfaitement pu éviter avec plus de sagesse et
de retenue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *