L’Afghanistan meurtri par un nouveau séisme

Au moins 1.800 morts, 10.000 Afghans sans maison, une ville entière – celle de Nahrin – rasée. Voici le premier bilan du séisme qui a secoué lundi la partie nord de l’Afghanistan qui, comme s’il en avait besoin, doit encore une fois panser ses plaies.
Selon le gouvernement, qui a appelé les organisations internationales à l’aide, « environ 4.000 maisons ont été détruites et 10.000 personnes ont été déplacées ou sont sans-abri ».
Le bureau des Nations-Unies a quant à lui évalué à 1.500, le nombre des victimes. Mais le bilan pourrait, selon des estimations locales et celles du gouvernement afghan, atteindre 4.800 morts. « Le tremblement de terre a dévasté les secteurs situés dans l’Est de la province de Baghlan, particulièrement dans le district de Nahrin » a ajouté ce mardi le ministre afghan de l’irrigation Haji Mangal Hussein. « Selon de premières informations, le tremblement de terre a fait plus de 1.800 morts », a-t-il dit, ajoutant que ce bilan risquait de s’alourdir. Les agences onusiennes, les organisations non gouvernementales, responsables du ministère afghan de la défense et de la force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) se sont d’ailleurs réunis en urgence mardi à Kaboul, tandis que des répliques ont continué à secouer le secteur dans la nuit et mardi matin.
Selon les différents instituts de sismologie, le séisme de lundi, enregistré à 14h57 GMT, avait une magnitude de 5,8 à 6 sur l’échelle de Richter, et son épicentre était situé à environ 120 kilomètres au nord de Kaboul, dans la chaîne montagneuse de l’Hindu Kush. Un précédent tremblement de terre avait frappé le Nord de l’Afghanistan le 3 mars, faisant 70 morts, selon l’ONU, dans la province de Samangan. Deux séismes très meurtriers avaient aussi secoué cette région du Nord en 1998, faisant près de 10.000 victimes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *