L’attentat qui tue

Tel-Aviv a immédiatement rejeté la responsabilité de la tuerie sur le président palestinien Yasser Arafat et a lancé des raids aériens contre des cibles de l’Autorité palestinienne à Tulkarem (Cisjordanie), tout en resserrant son étau autour de M. Arafat à Ramallah.
Pour sa part, Saëb Erakat, le principal négociateur palestinien, a déclaré vendredi que « l’Autorité palestinienne demande une intervention internationale d’urgence pour mettre un terme aux plans militaires du Premier ministre Ariel Sharon qui visent à détruire l’Autorité et le processus de paix». «Nous demandons à la communauté internationale, notamment aux Etats-Unis et à l’Union Européenne, d’intervenir d’urgence pour sauver la situation dangereuse qui résulte du terrorisme et de l’agression israéliens», a-t-il ajouté. Et d’accuser Américains et Européens «de fuir leurs responsabilités» et estimé qu’une telle attitude «ne servait pas le calme et la stabilité dans la région».
Les représailles israéliennes ne se sont pas fait attendre, puisque des F-16 ont mené vendredi avant l’aube des raids contre des cibles de l’Autorité palestinienne dans la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, faisant un mort et 40 blessés. Dans le même temps, des chars de l’armée d’occupation se sont rapprochés des bureaux du président Yasser Arafat à Ramallah, en Cisjordanie. Ces opérations font suite à l’attentat mené jeudi soir par un Palestinien qui, avant d’être abattu par la police, a ouvert le feu dans une salle de bal à Hadéra, dans le nord d’Israël, tuant six israéliens et blessant 24 personnes. Une opération revendiquée par les brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, un groupe armé proche du Fatah. L’autorité palestinienne n’avait toujours pas réagi officiellement vendredi matin à l’attentat de Hadéra, mais on imagine le malaise qu’elle doit ressentir. Car, les dernières concessions, ainsi que tous les gestes de bonne volonté de la direction palestinienne risquent de n’être qu’un coup d’épée dans l’eau. Mais un coup qui ne sera pas perdu pour tout le monde, car, assurément, Sharon en ressortira renforcé dans sa foi de « casser du Palestinien ». Au niveau européen, on dénonce cette attaque. Et Josep Piqué, le ministre espagnol des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE a vivement condamné, en appelant Israël à la retenue dans sa riposte. «c’est très important d’arrêter les responsables et de les faire comparaître devant la justice», a-t-il dit à l’issue d’un entretien avec le président libanais Emile Lahoud. M. Piqué, qui était en visite à Beyrouth, a ajouté qu’il était «important de démanteler les structures des organisations terroristes pour sortir de la spirale de la violence, tout en créant un climat politique propice (…) à l’application du plan Tenet et des propositions Mitchell ».
Le rapport de la commission internationale présidée par l’ex-sénateur américain George Mitchell recommande la fin de la violence, des mesures de confiance et un retour aux négociations de paix. Le plan du directeur de la CIA, George Tenet, établit un mécanisme de cessez-le-feu resté lettre morte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *