Le chantage nucléaire de Pyongyang

L’essai nucléaire mené lundi par Pyongyang est une gifle pour Pékin et une insulte pour Washington. D’ailleurs, la communauté internationale a unanimement condamné cet acte, y compris la Chine qui a exprimé sa «ferme opposition» à un essai mené «de manière éhontée».
Déjà en possession de 800 missiles, Kim Jong-Il, Premier ministre nord-coréen, veut-il maintenant faire exploser une bombe nucléaire ? Probablement non. Mais avec sa «bombinette» il tire sur la «barbichette» de la communauté internationale : « plus de coopération économique, sinon…». Un chantage que l’ONU n’apprécie pas. John Bolton, ambassadeur américain aux Nations unies, a proposé toute une série de sanctions à l’égard de la Corée du Nord notamment un embargo commercial et financier.
Mais à Pyongyang, la pauvreté, on connaît!
D’ailleurs, la menace de sanctions n’a guère découragé le régime communiste qui a averti mardi qu’il pourrait tirer un missile à tête nucléaire si les Etats-Unis refusaient de faire des concessions. «Nous espérons un règlement de la situation avant que nous lancions un missile à tête nucléaire… Tout dépend de la réaction des Etats-Unis», a indiqué un responsable nord-coréen, cité par Yonhap depuis Pékin. Le Nord-Coréen a souligné que l’essai nucléaire annoncé lundi par Pyongyang est «l’expression de notre intention de faire face aux Etats-Unis sur une table des négociations».
Il a toutefois assuré que Pyongyang était prête à abandonner ses programmes nucléaires et reprendre les pourparlers multipartites à ce sujet «seulement si les Etats-Unis prennent des mesures correspondantes». La Corée du Nord ne courbera pas l’échine face à la pression internationale. «Nous n’avons plus rien à perdre. Les sanctions ne sont pas une solution», a-t-il jugé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *