Le cycle de la violence continue

La réunion de dimanche est considérée comme cruciale pour la participation du président palestinien Yasser Arafat au sommet arabe, prévu mercredi et jeudi à Beyrouth. M. Arafat a fait savoir samedi, via son entourage, qu’il comptait assister au sommet arabe la semaine prochaine, mettant ainsi fin à un séjour forcé de trois mois à Ramallah sous étroite surveillance de Tsahal. Le gouvernement israélien exige la signature d’un cessez-le-feu, avant de l’autoriser à quitter la ville cisjordanienne.
L’état d’alerte était maintenu par ailleurs au sein des forces de police israélienne dans la crainte de nouveaux attentats palestiniens. Un Palestinien a été tué dimanche par des tirs de soldats israéliens au point de passage de Karni, entre Israël et la bande de Ghaza, a-t-on indiqué de sources hospitalière et sécuritaire palestiniennes.
En Cisjordanie, une femme colon israélienne, passagère d’un autobus blindé circulant au nord de Ramallah, a été tuée dans une attaque aux armes automatiques revendiquée par un groupe palestinien. L’armée israélienne a immédiatement réagi en érigeant des barrages volants dans le secteur pour tenter d’appréhender les assaillants et a lancé de brèves incursions dans quatre villages palestiniens proches en zone autonome. Et, selon les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, qui ont revendiqué l’attaque, les «combattants sont rentrés sains et saufs ». Selon des sources sécuritaires palestiniennes, un policier palestinien, grièvement blessé lors de violents échanges de tirs avec l’armée israélienne au cours de ces opérations, a été emmené par les forces israéliennes. Un militaire israélien a été également blessé lors de ces opérations, selon des sources militaires.
Dans le nord de la vallée du Jourdain, les forces israéliennes étaient en état d’alerte à la suite d’informations en provenance de Jordanie selon lesquelles l’armée jordanienne aurait abattu deux hommes qui tentaient de s’infiltrer en Israël, a rapporté la radio israélienne. Par ailleurs, le Premier ministre israélien Ariel Sharon, qui doit faire face à une intense pression internationale destinée à le convaincre d’autoriser Arafat à se rendre à Beyrouth, a affirmé avoir fait part au vice-président américain Dick Cheney, lors de sa récente visite en Israël, de son projet de s’adresser au sommet, a indiqué la présidence du Conseil israélien dans un communiqué. Sharon a fait état de cette information « à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du gouvernement », indique le communiqué.
« J’ai dit (à Dick Cheney) qu’il était normal que l’on me permette de m’adresser au sommet de Beyrouth et de dire quelle était la position d’Israël, quel était son programme car finalement, il est impossible de faire progresser un plan sans Israël », conclut le communiqué.
De source politique israélienne, on indique que «Cheney en a pris note (…) mais il n’y a pas eu de réponse de la part des Américains ». Le Premier ministre israélien ne risque certainement pas d’être le bienvenu à Beyrouth, où on verra, entre autres, en lui celui qui commanda l’invasion israélienne du Liban en 1982, et qui se fit le complice des massacres de Sabra et Chatila. Son idée a également été fraîchement accueillie par le ministre palestinien Saëb Erekat, qui l’a qualifiée de « provocatrice ».
« Nous savons tous que Sharon n’acceptera pas la proposition saoudienne ou toute autre idée de paix incluant un retrait israélien de tous les territoires (…) occupés en 1967 », a déclaré Erekat.
« Sharon ne devrait pas déranger ceux qui reposent en paix dans les cimetières de Sabra et Chatila avec des suggestions aussi provocatrices », a-t-il ajouté, en faisant référence aux massacres de centaines de Palestiniens commis par les alliés chrétiens de l’Etat hébreu en 1982, dans deux camps de réfugiés, près de Beyrouth.
Prévu les 27 et 28 mars, le sommet de Beyrouth doit notamment étudier une proposition de paix saoudienne proposant que les pays arabes établissent des relations normales avec Israël, à condition que celui-ci se retire des territoires arabes qu’il occupe depuis 1967, y compris Al-Qods-Est.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *