Le cyclone « Beta » menace l’Amérique centrale

Le Nicaragua et le Honduras étaient en alerte maximum samedi soir face à la progression de la tempête tropicale Beta qui s’est transformée en cyclone à l’approche des côtes atlantiques de ces pays d’Amérique centrale.
"Le cyclone Beta se déplace comme prévu vers le Honduras et l’alerte rouge (maximum) a été déclenchée dans plusieurs départements du pays", ont indiqué samedi les autorités honduriennes, qui ont décrété l’évacuation de 150.000 personnes vivant dans des zones pouvant être frappées par des inondations à Tegucigalpa. 60.000 à 70.000 autres seront installées dans les quelque 180 à 190 abris qui y ont été ouverts. Au Nicaragua, d’intenses pluies se sont abattues dans le milieu de la journée sur Puerto Cabezas (est), qui compte 33.000 habitants, et plusieurs quartiers de la ville ont été inondés. La ville, qui est constituée principalement de maison en bois, et ses environs ont commencé à être évacués dans la soirée sur instruction du ministre de la Défense Avril Ramirez. "Le cyclone a changé de route et se dirige directement vers Puerto Cabezas, a-t-il déclaré. L’ordre est d’évacuer complètement la ville et ses alentours, mais nous n’avons pas la capacité de faire partir tout le monde". Au total, l’ordre d’évacuation concerne quelque 60.000 personnes, pour l’essentiel des indiens Miskisto, vivant dans la zone où le cyclone a été attendu dans la nuit de samedi à dimanche. Le Salvador a décrété l’alerte "jaune", redoutant que le cyclone ne suive une trajectoire identique à celle du terrible ouragan Mitch qui entre le 25 octobre et le 2 novembre 1998 avait fait 9.000 morts, autant de disparus, et 2,5 millions de sinistrés principalement au Honduras. Le Nicaragua et le Guatemala avaient également été touchés par l’ouragan Mitch. Le Centre national des ouragans (NHC) basé à Miami a indiqué samedi matin que la tempête tropicale Beta, s’était transformée en cyclone lors de son passage sur l’île colombienne de Providence, située au large du Nicaragua.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *