Le gouvernement Blair n’a pas « gonflé » le dossier irakien

Le gouvernement de Tony Blair n’a pas « gonflé » le dossier sur l’armement irakien en mentionnant le sujet controversé des armes chimiques et bactériologiques détenues par Bagdad, a annoncé jeudi la commission parlementaire du renseignement et de la sécurité. Cependant, celle-ci critique la présentation faite par le gouvernement britannique concernant l’affirmation selon laquelle l’Irak pouvait lancer une attaque chimique ou bactériologique en 45 minutes. Ce point constituait l’argument clé du dossier avancé par le gouvernement en septembre dernier pour intervenir militairement en Irak aux côtés des Etats-Unis. La Commission pointe également du doigt le secrétaire de la Défense Geoff Hoon dont le ministère s’est montré « peu coopératif et potentiellement pouvant induire en erreur » en n’ayant pas divulgué certaines réserves sur ce dossier émises par les membres du ministère. Le gouvernement de Tony Blair subit une pression croissante depuis l’intervention des forces britanniques en Irak alors que Saddam Hussein n’a pas utilisé de telles armes lors de l’invasion américano-britannique et que nulle trace de leur existence même n’a été retrouvée depuis lors. La crise s’est amplifiée lors de la diffusion d’un reportage de la BBC dans lequel une source non identifiée affirmait que le gouvernement était passé outre les conseils des services de renseignement afin de « gonfler » le dossier, notamment l’argument des « 45 minutes », tout en sachant qu’il était loin d’être avéré. Le journaliste de la BBC Andrew Gilligan a révélé que sa source avait accusé implicitement le conseiller en communication de Tony Blair, Alastair Campbell, d’avoir insisté pour inclure cet argument dans le dossier. Une affirmation qu’a rejetée la Commission. Cette dernière accepte comme valable l’affirmation du gouvernement qui a assuré que les services de renseignement ayant préparé le fameux dossier n’avaient subi aucune pression.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *