Le Hamas refuse de signer l’accord proposé par l’Egypte

Le Hamas refuse de signer l’accord proposé par l’Egypte

Le Hamas et d’autres groupes palestiniens basés à Damas ont refusé de signer l’accord de réconciliation interpalestinien proposé par l’Egypte, a affirmé jeudi un porte-parole de ces factions dans un communiqué. «Les factions palestiniennes ne signeront pas l’accord (proposé) par l’Egypte que s’il inclut les principes et les droits palestiniens, notamment celui à la lutte contre l’occupation sioniste», a indiqué Khaled Abdel Majid, chef du Front de lutte palestinien (FLP) et porte-parole des organisations palestiniennes basées à Damas où vit le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal. Il a ajouté que ces groupes reprochaient à l’Egypte de ne pas avoir inclus dans ses propositions «une vision politique concernant le conflit (avec Israël) et l’agression contre notre peuple».
L’accord proposé par l’Egypte devrait inclure également la question de «Jérusalem et les dangers de judaïsation et d’agression permanente qui menacent cette ville sacrée», ainsi que «le droit au retour des réfugiés palestiniens dans leurs foyers», selon M. Abdel Majid. «Nous demandons à tous les mouvements palestiniens et aux personnalités nationales d’agir rapidement pour prendre les mesures nécessaires afin de préserver la cause palestiniennes des dangers qui la menacent et de demeurer attachés à tous les droits historiques de notre peuple», poursuit le communiqué. A Ramallah, un haut responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad a déclaré mercredi qu’il allait se rendre jeudi au Caire pour remettre aux médiateurs égyptiens l’accord de réconciliation interpalestinien signé par son mouvement.
La signature par toutes les factions palestiniennes de cet accord devait initialement avoir lieu le 26 octobre au Caire, mais le Hamas a demandé d’en repousser la date en accusant le président palestiniens Mahmoud Abbas d’avoir accepté le report d’un vote au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU sur le rapport Goldstone. Aux termes d’un compromis proposé par l’Egypte, le Fatah et le Hamas sont censés entériner séparément cet accord avant le 15 octobre (le 20 octobre pour les autres factions palestiniennes). Khaled Mechaal avait indiqué dimanche à Damas que l’affaire du rapport Goldstone avait «entravé le poursuite du dialogue interpalestinien de réconciliation et provoqué une atmosphère étouffante dans les relations entre les groupes palestiniens rendant difficile la signature d’un accord à l’heure présente». Ce rapport accuse Israël de «crimes de guerre» lors de son offensive contre la bande de Gaza, entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *