Le Liban encore sans gouvernement

Le Liban encore sans gouvernement

Plus de deux mois après les législatives du 7 juin remportées par la coalition soutenue par l’Occident face au camp mené par le Hezbollah, le Liban n’est toujours pas doté d’un gouvernement d’union, les négociations achoppant notamment sur la répartition des portefeuilles. Bien que le Premier ministre, désigné le 27 juin, Saad Hariri eut assuré jeudi que la nouvelle équipe «verra le jour, et aussitôt que possible», les âpres discussions traînent en longueur et pourraient bien durer jusqu’après le mois de ramadan selon la presse, soit après la fin de l’été. Les deux camps rivaux avaient franchi un obstacle majeur,il y a quelques semaines, en se mettant d’accord sur le nombre de postes attribués à chaque partie au sein d’un cabinet de 30 ministres. Selon cette formule, en vertu de laquelle le Hezbollah et ses alliés n’obtiendront pas «la minorité de blocage» qu’ils réclamaient, la majorité aura 15 ministres, contre 10 pour la minorité et cinq ministres neutres choisis par le président de la République. Mais les consultations bloquent maintenant sur la nature des portefeuilles et les noms des ministres. La majorité accuse l’un des alliés du Hezbollah, le chrétien Michel Aoun, qui est à la tête du deuxième groupe parlementaire, d’entraver la formation du gouvernement en voulant maintenir son gendre Gebrane Bassil à la tête du ministère des Télécommunications, accusations rejetées par M. Aoun. De plus, des partis des deux bords se disputent les quatre portefeuilles clés: les Finances, la Défense, les Affaires étrangères et l’Intérieur. La complexité de la répartition des portefeuilles s’explique par le fait que chaque gouvernement libanais doit, selon la Constitution, garantir la participation des principales communautés du pays. La division des partis politiques à caractère confessionnel entre deux camps opposés rend la tâche encore plus difficile. Le deuxième obstacle se situe au niveau de la majorité elle-même. Il y a deux semaines, l’un des piliers de cette coalition, Walid Joumblatt, a effectué une volte-face fracassante en annonçant qu’il «quittait la majorité», avant de nuancer ses propos 24 heures plus tard, créant un  Hariri. Selon les analystes, cette position a brouillé les cartes et retardé encore plus la formation du gouvernement. «Le problème pour la majorité est que parmi les 15 portefeuilles qui lui ont été attribués se trouvent des postes accordés au parti de M. Joumblatt, or la coalition sent qu’elle ne peut plus compter sur lui», affirme à l’AFP Paul Salem du centre Carnegie pour le Proche-Orient. Des responsables de la minorité sont allés jusqu’à affirmer qu’il n’y avait plus de véritable majorité dans le pays après le revirement de M. Joumblatt. Mais observateurs et hommes politiques assurent que cet immobilisme ne risque pas de plonger le pays dans une nouvelle crise, notamment à la lumière d’un contexte régional favorable.

Par Natacha YAZBECK ( AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *