Le Maroc adhère à l’Union pour la Méditerranée

Le Maroc adhère à l’Union pour la Méditerranée

Le dimanche 13 juillet 2008 est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des relations entre l’Union européenne et les pays de la rive sud de la Méditerranée. Cette date coïncide en effet avec le lancement du projet de l’Union pour la Méditerranée (UPM). Considéré comme l’un des plus fervents supporteurs de ce projet, depuis l’annonce de l’idée de sa création par le président français, Nicolas Sarkozy, le 23 octobre 2007 à Tanger, le Maroc est représenté à cette grand-messe par Son Altesse Royale Moulay Rachid qui participe au Sommet parisien sur hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI.
L’UPM regroupe 43 pays, 27 membres de l’UE et 16 partenaires de la région, représentant quelque 750 millions d’habitants, du continent européen et de la rive sud de la Méditerranée, une des régions les plus divisées du monde.
Quant aux relations entre la France et le Maroc, elles sont qualifiées d’« excellentes » et « au beau fixe » par l’Elysée, qui a précisé que le président Nicolas Sarkozy « s’est longuement entretenu samedi au téléphone avec le Souverain». «Le président entretient des relations plus qu’amicales, même personnelles avec le Souverain du Maroc», a souligné la même source.
Par rapport au rôle qu’a joué le Maroc dans l’élaboration de ce projet, le quotidien français «Le Figaro» dans un article intitulé «Le Maroc veut être un élève modèle de l’UPM», a affirmé que le port Tanger-Med est l’un des «projets concrets» de l’UPM. Le nouveau port est, avec «Tanger Free Zone» (TFZ), l’autre maillon de la chaîne économico-commerciale qui relie le Maroc à l’Europe, souligne le journal.
Intervenant à l’ouverture de la réunion ministérielle précédant le Sommet de l’UPM, Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères et européennes, a rappelé les différentes étapes de concertations et de discussions autour du projet. Pour le chef de la diplomatie française, la participation massive des grandes institutions financières et des organisations économiques au Sommet témoigne de l’intérêt accordé à cette nouvelle union méditerranéenne, qualifiant de «déterminante» la volonté et l’unité de tous les partenaires.
Cette «Union» a constitué une occasion propice pour booster les rapports non seulement entre les pays de l’UE et ceux du Sud, mais aussi entre les voisins du Proche-Orient. Ainsi, Syriens, Libanais, Palestiniens et Israéliens se sont mis autour d’une même table coprésidée par Nicholas Sarkozy et son homologue égyptien Hosni Moubarak. Ce rendez-vous est déjà présenté comme une réussite diplomatique, d’autant plus qu’il est le point de rencontre en petits comités entre les dirigeants du Proche-Orient. En effet, Paris a accueilli une rencontre estimée « fructueuse » entre Syriens et Libanais. Dimanche matin, les dirigeants palestiniens et israéliens discutaient en présence des responsables français. À l’issue de leurs discussions, le président palestinien Mahmoud Abbas et son homologue israélien ont échangé une poignée de main. M. Abbas, qui était le premier à prendre la parole, a insisté sur l’importance de poursuivre, et même d’accélérer, les négociations avec Israël. Comme un écho rassurant, Ehud Olmert avait affirmé que jamais un accord avec les Palestiniens n’avait été aussi proche.


SM le Roi Mohammed VI félicite le président Sarkozy

 

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à Son Excellence Nicolas Sarkozy, président de la République Française, à l’occasion de la tenue, hier dimanche, du Sommet de Paris pour la Méditerranée. Le message a été remis au Chef de l’Etat français par SAR le Prince Moulay Rachid, qui représente le Souverain aux travaux de ce Sommet. Dans ce message, le Souverain félicite le président français pour cette «initiative louable, fondatrice d’un ordre régional rénové et génératrice d’une dynamique partenariale vertueuse dans cette région, berceau des religions monothéistes et creuset des civilisations ancestrales». «Le Royaume du Maroc, qui a soutenu votre initiative, depuis son lancement, a été très sensible au choix que vous aviez porté sur la ville de Tanger pour y prononcer, en octobre dernier, votre discours historique. Par ce geste fort, Vous aviez conforté l’engagement méditerranéen constant et indéfectible du Royaume», poursuit le message. «Nous estimons, à cet égard, que la réussite de notre entreprise commune et la crédibilité de notre action collective devront favoriser la paix des esprits et des coeurs et faciliter la réconciliation des peuples et le rapprochement des hommes», indique le message.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *