Le ministre irakien Zebari demande à l’Otan d’agir vite

« Il faut que cette formation qui nous a été promise à Istanbul soit menée à bien aussi vite que possible. On en a besoin. En réalité, nous sommes dans une course contre le temps », a déclaré le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari lors d’une conférence de presse au siège bruxellois de l’Alliance.
« Bien sûr, nous voulons que cette formation (…) se déroule à l’intérieur de l’Irak » mais toute aide en dehors du pays serait aussi la « bienvenue », a ajouté le ministre irakien, qui a qualifié sa visite à l’Otan de « journée historique » pour son pays. Le chef de la diplomatie de Bagdad venait de rencontrer le secrétaire général de l’Organisation Jaap de Hoop Scheffer et de s’adresser au Conseil de l’Atlantique nord rassemblant les ambassadeurs des pays membres.
Les dirigeants de l’Otan ont donné leur feu vert fin juin au sommet d’Istanbul à une aide à la formation des forces de sécurité irakiennes. Mais les modalités de cette aide, qui font actuellement l’objet d’un examen par les responsables militaires de l’Otan, restent à définir, alors que Washington et Paris notamment divergent sur le fait de savoir si cela doit se traduire par une présence collective de l’organisation sur le terrain. M. Zebari a en outre indiqué avoir demandé à l’Otan « de fournir des équipements » pour la nouvelle armée irakienne et d’examiner d’autres formes d’assistance, par exemple pour assurer la protection des personnels de l’ONU qui superviseront l’organisation d’élections générales l’année prochaine.
Il a enfin suggéré la possibilité d’avoir un « officier de liaison » irakien auprès de l’Otan. »Bien sûr, nous voulons que cela se fasse d’une manière collective », a-t-il encore plaidé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *