Le monde pleure la mort du Pape

Le monde pleure la mort du Pape

Le Pape Jean Paul II a rendu son dernier soupire, samedi 2 avril, dans la cité du Vatican à l’âge de 84 ans au terme d’une longue agonie. Vers 20h40 GMT, la cloche de bronze de la basilique Saint-Pierre a retenti. Des cierges étaient allumés, des fidèles tombaient dans les bras les uns des autres. Vers minuit, plus de 100.000 personnes étaient massées sur la place. L’Italie est en deuil et pleure le Pape, a dit le président Carlo Azeglio Ciampi.
L’annonce du décès du Pape a été accueillie à travers le monde entier par le même chagrin. Un chagrin causé par la perte d’un homme de paix et un artisan de la réconciliation.
D’un continent à l’autre, des hommages ont été rendus à ce grand homme. Les cloches ont sonné le glas comme en écho à celles de Rome. A Rome, les longs applaudissements de dizaines de milliers de personnes rassemblées sur la place Saint-Pierre ont été suivis par un silence impressionnant, celui d’une foule de tous les âges en plein recueillement.
L’Italie a décrété trois jours de deuil national. Trois jours aussi au Portugal, à Cuba, au Chili ou encore au Cap-Vert, quatre jours au Costa Rica, cinq au Paraguay. En Pologne, le deuil a été proclamé dès samedi soir et durera jusqu’aux funérailles, et les drapeaux seront en berne jusqu’au 9 avril. En Espagne, lundi sera journée de deuil national. En France, les drapeaux seront en berne sur les édifices publics durant 24 heures.
Les deux principales télévisions arabes Al-Jazira et Al-Arabiya ont assuré une couverture quasiment en continu de l’agonie et de la mort du Pape.
Des responsables politiques et religieux du monde entier ont exprimé émotion et tristesse après la disparition d’un Pape salué de toutes parts pour son courage et sa détermination.
La reine Elizabeth II d’Angleterre a exprimé son "profond chagrin" et le Premier ministre britannique Tony Blair regretté la perte d’"un homme remarquable", "d’une dignité et d’un courage extraordinaires".
Pour le président américain George W. Bush, qui a souligné le rôle du Pape dans la lutte contre le communisme et l’avènement de la démocratie en Europe de l’Est, "l’Eglise catholique a perdu son berger, le monde a perdu un défenseur de la liberté humaine".
Le président russe Vladimir Poutine a salué "une figure exceptionnelle de notre temps, à laquelle est associée une ère tout entière".
Le président français Jacques Chirac a, lui, évoqué un "Souverain pontife exceptionnel" qui "n’aura eu de cesse de montrer à tous les hommes et à tous les peuples le chemin de la concorde, de la solidarité et de la liberté".
De son côté, SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances au Cardinal Joseph Ratzinger, doyen du collège des cardinaux. Dans son message, S.M. le Roi a présenté ses profondes condoléances au monde chrétien, et plus particulièrement à l’honorable Eglise catholique.
Durant ces dernières années, le Maroc et le Vatican ont entretenu des relations empreintes d’entente fraternelle et de respect mutuel.
Rappelons que le Pape Jean Paul II avait entamé une visite sans précédent au Maroc en août 1985 à l’invitation de feu SM Hassan II. Cette visite revêtait une signification hautement symbolique dans la mesure où le chef de l’église catholique s’était rendu en terre d’Islam. Tous les Marocains se souviennent du massage d’amour et de paix que le Pape Jean Paul II avait livré lors de son discours prononcé le 19 août 1985 au complexe Mohammed V de Casablanca. En ce jour, le Pape avait fait part de son immense joie de rencontrer des jeunes au Maroc, un pays musulman ayant une longue tradition d’ouverture, de rencontre, d’échange et de tolérance.
"Le Maroc a été un lieu de rencontre des civilisations : il a permis des échanges avec l’Orient, l’Espagne et l’Afrique. Le Maroc a une tradition de tolérance. Dans ce pays musulman, il y a toujours eu des Juifs et presque  toujours des Chrétiens. Cela a été vécu dans le respect, d’une manière positive. Vous avez été et vous demeurez un pays hospitalier", avait dit le Pape lors de sa visite.
Jean Paul II est le premier Pape d’origine polonaise. II a passé 26 ans à la tête de l’Eglise catholique. Par ailleurs, il a joué un rôle important dans la promotion du dialogue avec les diverses religions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *