Le Pape en Israël début 2007

M. Peres, numéro deux du parti centriste Kadima du Premier ministre d’Ehud Olmert chargé jeudi de former un nouveau gouvernement, a précisé aux journalistes que le pape répondait ainsi à une invitation d’Ehud Olmert.

Le Vatican a confirmé dans un communiqué que M. Peres "a invité le  souverain pontife à se rendre en visite en Israël", mais n’a pas fait état de la réponse de Benoît XVI.

Il est d’usage que le Saint-Siège officialise les voyages du pape après  invitation formelle des autorités religieuses du pays visité.

La dernière visite d’un pape en Israël remonte à mars 2000 quand Jean Paul II avait effectué le second voyage en terre Sainte de son pontificat.

Le premier voyage d’un pape en Israël avait été effectué par Paul VI en 1964.

M. Peres a déclaré avoir eu un entretien "très cordial et très chaleureux"  d’une quarantaine de minutes avec Benoît XVI, qui lui semblé "très informé et très préoccupé" de la situation au Proche-Orient.

Le responsable israélien s’est également entretenu avec le cardinal Angelo Sodano, secrétaire d’Etat.

Selon le communiqué du Vatican, les entretiens ont permis "un échange d’opinions sur les problèmes de la paix en Terre Sainte, dans le respect des résolutions des Nations Unies et des accords déjà conclus", et ont été  l’occasion d’exprimer "une condamnation unanime de toute forme de terrorisme  sous quelque prétexte qu’on tente de le justifier".

Selon la radio militaire israélienne, M. Peres s’est rendu au Vatican pour demander officieusement au pape de boycotter le mouvement palestinien Hamas qui prône la destruction d’Israel.

Les communiqué indique encore que les discussions ont porté sur l’application des accords de 1993 et 1997 régissant les relations entre l’Etat d’Israël et le Saint-Siège, et sur "les relations de l’autorité israélienne  avec les communautés chrétiennes existant dans le pays.

Le Vatican avait jusqu’à présent laissé entendre que Benoît XVI, invité par les autorités israéliennes aussitôt après son élection le 19 mars 2005, ne répondrait positivement qu’après la conclusion des négociations sur l’application de ces accords.

M. Peres a indiqué que les peux parties avaient convenu "d’élever le niveau des négociations et d’essayer de les conclure le plus vite possible".

Ces négociations portent notamment sur le statut de l’Eglise catholique et de ses nombreuses possessions en "Terre Sainte".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *