Le président vénézuélien Hugo Chavez ce soir à Alger

M. Chavez doit s’entretenir avec le président Abdelaziz Bouteflika des questions bilatérales et internationales, a ajouté cette source, citée par l’agence de presse algérienne APS.

Le Venezuela et l’Algérie sont tous deux gros producteurs de gaz et de pétrole et membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

La visite du président vénézuélien, intervenant au terme d’un séjour privé de deux jours en Grande-Bretagne, sera la troisième qu’il effectue en Algérie, après celles d’août 2000 et d’octobre 2001, qui avaient permis de relancer la coopération bilatérale.

Le président du Venezuela doit également se rendre mardi en Libye, où il s’entretiendra avec le dirigeant Mouammar Kadhafi, selon une source officielle libyenne.

Hugo Chavez avait participé, la semaine dernière à Vienne, à un sommet  Union européenne/Amérique latine centré sur l’avenir des négociations d’un traité de libre-échange, auquel Caracas est fermement opposé.

Le président vénézuélien a déjà effectué deux visites en Algérie, l’une en août 2000, l’autre en octobre 2001.

Un "mémorandum d’entente" avait été signé lors de la première visite afin de renforcer les relations bilatérales et d’établir des consultations  régulières entre les deux pays.

La visite du président vénézuélien survient deux semaines avant une réunion extraordinaire de l’OPEP, le 1er juin à Caracas.

L’actuel quota de production du Venezuela, cinquième exportateur mondial de brut, est de 3,22 millions de barils par jour (mbj). Caracas affirme produire  3,27 mbj, mais selon l’Agence internationale de l’Energie (AIE) la production vénézuélienne ne serait que de 2,6 mbj, la société pétrolière nationale,  Petroleos de Venezuela (PDVSA), n’ayant toujours pas réussi à se remettre  complètement de la grève générale l’ayant paralysée fin 2002/début 2003.

L’Algérie produit pour sa part quelque 1,3 mbj, dépassant largement son quota de production fixé par l’OPEP, qui s’élève actuellement à 894.000 b/j.

Lors de la première réunion de leur commission mixte de coopération, début 2002, l’Algérie et le Venezuela s’étaient engagés à réactiver l’accord de partenariat qu’ils avaient conclu en 1985, pour augmenter le modeste volume de leurs échanges commerciaux, alors évalués à quelque 30 millions de dollars.

Les deux pays avaient à cette occasion examiné la possibilité de mettre en oeuvre des projets de prospection pétrolière et de liquéfaction du gaz entre PDVSA et Sonatrach, la société pétrolière nationale algérienne.

Alger et Caracas projettent également de conclure un accord sur la  promotion et la garantie des investissements et la non-double imposition, et de mettre en place un Conseil d’hommes d’affaires algéro-vénézuélien chargé  d’intensifier leur partenariat commercial.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *