Le projet d’interdiction de la burqa adopté en Conseil des ministres

Le projet d’interdiction de la burqa adopté en Conseil des ministres

Le gouvernement français a adopté mercredi le projet de loi sur l’interdiction du port du voile islamique intégral dans l’espace public, en dépit des réserves des juristes et des représentants de la communauté musulmane sur ce texte que le Parlement examinera en juillet. «Dans cette affaire, le gouvernement emprunte, en conscience, un chemin exigeant mais un chemin juste», a déclaré le président Nicolas Sarkozy lors de l’examen du texte en Conseil des ministres. «Nous sommes une vieille nation rassemblée autour d’une certaine idée de la dignité de la personne, en particulier de la dignité de la femme, autour d’une certaine idée de la vie en commun. Le voile intégral qui dissimule totalement le visage porte atteinte à ces valeurs, pour nous si fondamentales, si essentielles au contrat républicain», a-t-il ajouté. Le projet de loi stipule que «nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage». Les contrevenantes s’exposeront à une amende de 150 euros et/ou un stage de citoyenneté visant à rappeler les valeurs républicaines. Le gouvernement a passé outre l’avis du Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative du pays, qui recommandait de limiter cette interdiction dans certains lieux publics (administrations, transports, etc) et jugeait une interdiction dans la rue «sans fondement juridique incontestable». Pour Nicolas Sarkozy, «la dignité ne se divise pas (…) la citoyenneté doit se vivre à visage découvert. Dès lors, il ne peut y avoir, en définitive, d’autre solution que l’interdiction dans tout l’espace public». Le consensus au Parlement sera difficile car une grande partie de l’opposition de gauche juge le texte inapplicable et demande le respect de l’avis du Conseil d’Etat. De même, les représentants de l’Islam en France ont dit leur opposition tant à cette pratique «ultra-minoritaire» qu’à une loi d’interdiction, jugée «stigmatisante». Le port du voile intégral – burqa ou niqab – concerne moins de 2.000 femmes en France, selon les autorités, sur un total de 5 à 6 millions de musulmans. La France serait le deuxième pays européen après la Belgique où il serait interdit dans tout l’espace public.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *