Le RFD affecté par une scission

Une scission est survenue dimanche, au sein du parti du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah, personnalité importante de la scène politique mauritanienne qui entend boycotter la présidentielle de juin, tandis que des cadres de sa formation appellent à participer au scrutin. Un important groupe de cadres du RDF, dont 7 parlementaires, 25 maires et 70 membres du comité exécutif, a souhaité dimanche, que le parti participe à la présidentielle du 6 juin, voulue par le pouvoir militaire en place. Ce scrutin sera organisé dix mois après le coup d’Etat qui a renversé le 6 août 2008, le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, élu en 2007. «Nous demandons au président du parti et à ses instances d’envisager cette option dans le cadre d’un dialogue interne», a déclaré à la presse le vice-président du RFD, Kane Hamidou Baba, également vice-président de l’Assemblée nationale. Ce député avait été suspendu du parti dès samedi. M. Ould Daddah a jugé que cette fronde résultait de manoeuvres orchestrées par le pouvoir militaire en place. «Une officine a été créée sous l’impulsion du général Mohamed Ould Abdel Aziz pour créer une scission au sein du RFD», a-t-il affirmé samedi. Le général Ould Abdel Aziz, qui a annoncé dimanche à Nouadhibou sa candidature à la présidentielle, a répliqué en niant toute responsabilité dans la crise interne du parti de M. Ould Daddah. «Une officine pour déstabiliser son parti? Ceci n’existe que dans son imagination», a-t-il déclaré à la presse. Au second tour de la présidentielle de 2007, M. Ould Daddah avait obtenu 47,15% des voix derrière M. Ould Cheikh Abdallahi, élu avec 52,85% des suffrages. Puis, il avait été nommé chef de l’opposition démocratique. Après le coup d’Etat, il a d’abord soutenu les putschistes. Mais depuis quelques semaines, il appelle à la résistance démocratique face aux militaires qui veulent accaparer le pouvoir. Il a accusé samedi, le président du Haut Conseil d’Etat de se servir des moyens étatiques, au service de son «ambition folle». «Des prébendes sont distribuées, des nominations faites pour fidéliser une certaine clientèle, des agressions programmées et exécutées contre des partis politiques et des hommes, pour ouvrir la voie au maintien du pouvoir par la force», a-t-il lancé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *