Le Sénégal en deuil après le naufrage du Joola

Le Premier ministre sénégalais Mame Madior Boye a indiqué que 63 personnes, sur un total de 796 qui se trouvaient à bord du navire, avaient survécu au naufrage, ajoutant que les chances de trouver d’autres rescapés étaient désormais «minces». Les passagers du Joola étaient principalement sénégalais, mais au moins 45 étaient des étrangers (dont 20 Bissau-guinéens et 10 Français). Au total, environ 350 corps ont été retrouvés, la plupart transportés dans la nuit de samedi à dimanche vers le port de Banjul, proche du lieu du naufrage.
Concernant les causes de l’accident, Mme Boye a répété qu’«une forte pluie accompagnée d’une forte rafale de vent» était responsable du naufrage. «Aucune défaillance technique ou humaine n’a été relevée comme étant à l’origine de l’accident», a-t-elle insisté relayant ainsi les déclarations des autorités militaires.
Le président Wade lui-même avait pourtant estimé qu’il y avait eu un «cumul de fautes». Il avait évoqué la surcharge du navire, «des gens (ayant embarqué) sans billet». Le bateau, qui reprenait du service après un an de réparations, avait «un tirant d’eau trop faible », il était « trop haut, trop lent», avait ajouté M. Wade. «La responsabilité de l’Etat est évidente», avait alors déclaré le président alors que la population manifestait sa colère. Des centaines de parents attendaient d’ailleurs toujours ce dimanche avec angoisse des informations, espérant que leurs proches figureraient parmi les rescapés. Selon certains survivants, le bateau semble avoir sombré en quelques minutes. «Il y a eu un gros coup de vent, des bourrasques. Le bateau s’est incliné, l’eau a monté, très vite, il a coulé», a raconté samedi Pierre Coly, jeune rescapé sénégalais. Samedi, la presse privée avait dénoncé une «coupable négligence» et une «démagogie criminelle». Le Joola avait été remis en fonction le 10 septembre. Il assurait depuis 1990 la liaison entre Dakar et la Casamance, enclavée entre la Gambie et la Guinée-Bissau.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *