Le terrorisme frappe la Jordanie

Le terrorisme frappe la Jordanie

Trois attentats quasi-simultanés ont secoué mercredi dernier la capitale jordanienne faisant au moins 57 morts et 300 blessés.
Ces attaques, d’une ampleur sans précédent en Jordanie, ont frappé vers 21h00 les hôtels Radisson SAS, Grand Hyatt et Days Inn, particulièrement prisés des touristes occidentaux et israéliens. Des mariages étaient célébrés au Radisson et au Hyatt lorsque les explosions ont eu lieu.
La branche irakienne du réseau Al-Qaïda, dirigée par l’extrémiste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, a revendiqué dans un communiqué qui lui est attribué sur Internet le triple attentat suicide, en s’en prenant notamment aux liens du roi Abdallah II de Jordanie avec les Etats-Unis.
Accusant la Jordanie d’être devenue un «mur de protection pour les Juifs» et une «base militaire arrière des armées des Croisés» et du gouvernement irakien, la branche irakienne d’Al-Qaïda, que dirige Zarqaoui, a aussi averti dans un communiqué qu’il y aurait d’autres attaques contre le Royaume hachémite.
«L’Organisation d’Al-Qaïda au Pays des deux Rivières (le Tigre et l’Euphrate)», nom officiel du groupe, a revendiqué les attentats contre trois hôtels mercredi soir à Amman dans ce communiqué qui lui est attribué, mis en ligne sur un site islamiste.
Son authenticité ne pouvait être établie dans l’immédiat, mais il faut noter qu’il avait été mis en ligne sur un site habituellement utilisé par les groupes islamistes et qu’il était signé du porte-parole du groupe, Abou Maissara al-Iraqi.
Peu avant sa publication, le groupe de Zarqaoui avait été désigné par le vice-Premier ministre jordanien Marwan Moacher comme le «suspect numéro un» de ces attentats, dont le bilan provisoire officiel était de 56 morts et 93 blessés.
Vers 21h00 locales (19h00 GMT), un kamikaze a déclenché les explosifs qu’il transportait lors d’une réception de mariage dans la salle de bal de l’hôtel Radisson SAS, dans l’ouest d’Amman, faisant le plus grand nombre de tués, a déclaré M.Moacher. «La pièce montée était intacte, et tout autour le chaos. Les chaises étaient retournées, les meubles en morceaux, le sang partout», raconte à l’AFP un témoin ayant eu accès à la salle après la déflagration.
Un attentat a juste après visé le Hyatt où un kamikaze a fait exploser sa ceinture au couloir de l’hôtel situé à moins d’un kilomètre du Radisson SAS, souligne M.Moacher. Presque au même moment, un autre kamikaze faisait exploser sa voiture piégée contre le Days Inn, situé dans un autre quartier non loin de l’ambassade d’Israël à Amman. Le lendemain de ces attaques, les autorités jordaniennes ont lancé une véritable chasse à l’homme. Selon la Sûreté générale, les forces de sécurité ont procédé à l’arrestation de certains "suspects" pour leur implication présumée dans les trois attentats suicide. La traque de suspects se poursuit, a précisé la Sûreté générale en affirmant "n’avoir pas reçu d’informations préalables aux attaques terroristes". Le dispositif de sécurité a été, quant à lui, renforcé dans la capitale jordanienne.
Le roi Abdallah II, qui a promis de punir les responsables des attaques, est rentré dans la nuit à Amman après avoir écourté sa visite au Kazakhstan.
La Jordanie, l’un des principaux alliés des Etats-Unis dans la région et qui a conclu la paix avec Israël en 1994, se targuait d’être l’un des pays les plus sûrs de la région. Mais des dizaines d’islamistes accusés d’avoir fomenté des attentats dans le royaume y sont jugés actuellement dans différents procès. Al-Zarqaoui, le chef de la branche irakienne du réseau terroriste Al-Qaïda, est condamné à mort par contumace en Jordanie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *