Le toit d’un marché s’effondre à Moscou : au moins 30 morts

Ce bilan provisoire a été donné par les sauveteurs sur place, qui estiment qu’une dizaine de survivants se trouvent encore sous les décombres. Plusieurs blessés hospitalisés sont dans un état grave, selon la même source.

Certains commerçants ont estimé à une quarantaine le nombre de personnes présentes au moment de l’accident.

L’effondrement du toit s’est produit à 05h20 (02h20 GMT), à une heure où le marché de quelque 2.000 m2 n’était pas encore ouvert aux clients, mais les commerçants et les livreurs avaient déjà commencé leur travail.

Le toit du marché Baumansky, à l’est du centre de Moscou, s’est vraisemblablement effondré en raison d’importantes chutes de neige.

La plupart des victimes seraient originaires du Caucase et d’Asie centrale, Azerbaëdjanais et Géorgiens notamment, très nombreux à travailler sur les marchés de Moscou.

Le maire de Moscou Iouri Loujkov a indiqué sur les lieux de l’accident que l’hypothèse d’un acte terroriste était exclue "à 90%". De telles hypothèses viennent spontanément à l’esprit en Russie où des explosions dans des immeubles d’habitation, attribuées ensuite aux séparatistes tchétchènes, avaient fait des centaines de morts en 1999.

D’après des témoignages recueillis par l’AFP sur place, plusieurs personnes prisonnières des ruines ont pu appeler les secours ou leurs proches avec leur téléphone portable.

Selon ces appels, le sol du bâtiment et notamment les caves, seraient envahis par l’eau.

Les équipes de secours, aidées par des chiens qui ont identifié plusieurs endroits où se trouvaient des survivants, avançaient prudemment, dégageant les décombres à la main, sans recours aux machines, pour éviter de provoquer l’effondrement de pans de mur encore debout.

Le "moment de silence" imposé par les sauveteurs pour percevoir les signaux de vie sous l’enchevêtrement d’éléments du toit effondré a permis de constater la présence de survivants, a indiqué un porte-parole des sauveteurs.

Le ministre des Situations d’urgence, Sergueë Choëgou, a indiqué que ses hommes allaient mettre en place des "canons à air chaud" pour éviter que les personnes bloquées ne souffrent d’hypothermie.

Le bâtiment du marché a été conçu par l’architecte Nodar Kantcheli, le même qui avait dessiné le parc aquatique Transvaal, dont l’effondrement de la coupole il y a deux ans avait fait 28 morts à Moscou.

Il est poursuivi en justice pour "négligence ayant entraîné la mort de plusieurs personnes", mais son procès traîne depuis près d’un an.

Interrogé jeudi matin par les médias russes, M. Kantcheli a déclaré que l’accident était probablement dû à une "exploitation incorrecte" du bâtiment.

Il a notamment souligné que plusieurs points de vente avaient été installés sur une sorte de mezzanine accrochée au côté intérieur du toit. "La construction du toit n’était pas prévue pour cela", a-t-il dit, tout en ajoutant que la lourde masse de neige qui n’avait pas été enlevée du toit concave pouvait également avoir joué un rôle.

L’architecte a évoqué aussi la corrosion possible des câbles qui stabilisaient le toit.

Le marché avait été mis en service en 1975.

De son côté, le procureur de Moscou Anatoli Zouev, a indiqué qu’il comptait enquêter sur trois hypothèses: une exploitation impropre du bâtiment, effondrement sous le poids de la neige et défaut de construction inscrit dans le projet du marché.

Le toit du marché, de 80 mètres de diamètre, était d’une conception originale, n’étant soutenu par aucun pilier à l’intérieur. Cette coquille relativement légère en béton armé précontraint, en partie concave, était fixée par des haubans.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *