Le veuf de Benazir Bhutto candidat à la présidence

«M. Asif Zardari a accepté de participer à l’élection présidentielle après avoir été désigné à l’unanimité par son parti », le Parti du peuple pakistanais (PPP), a annoncé à la presse le secrétaire général adjoint de cette formation, Raza Rabbani. Les parlementaires du PPP avaient désigné vendredi M. Zardari au cours d’une réunion du comité central exécutif du parti. Le Pakistan doit élire le 6 septembre le successeur de M. Musharraf. Selon la Constitution pakistanaise, le nouveau chef de l’Etat est désigné par les deux assemblées parlementaires réunies en congrès et par les quatre assemblées provinciales. Les candidatures seront validées le 28 août et aucun retrait ne pourra être accepté après le 30 août. M. Zardari a été choisi en hommage à son épouse tuée dans un attentat au cours d’une manifestation en décembre 2007, a expliqué M. Rabbani. Principale formation au sein de la fragile coalition gouvernementale, le PPP a consulté ses partenaires avant d’annoncer le choix de M. Zardari comme son candidat à la présidence, selon M. Rabbani. «Nos partenaires ont été informés de cette décision et nous sommes optimistes que la coalition restera intacte», a assuré le secrétaire général adjoint du PPP. «C’est la décision du seul PPP et en aucun cas celle des membres de la coalition», a déclaré dans une première réaction le porte-parole de la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N), deuxième pilier de la coalition gouvernementale, le parti de l’ex-Premier ministre Nawaz Sharif. Le PPP et M. Sharif s’opposent depuis plusieurs semaines sur d’importants dossiers. Nawaz Sharif avait prévenu qu’il soutiendrait la candidature de M. Zardari à la condition que le nouveau chef de l’Etat renonce à son droit -instauré par Musharraf- de dissoudre le parlement. «Nous ne voulons pas d’un président civil avec les mêmes pouvoirs que Musharraf, en particulier le pouvoir de dissoudre le parlement», a réaffirmé à ce propos le porte-parole du PML-N, Siddiqul Farooq. M. Sharif, ancien Premier ministre renversé en 1999 par M. Musharraf, demande que les deux parties négocient une résolution ordonnant la réintégration des 60 magistrats évincés par l’ex-président et qu’elles la présentent dès aujourd’hui devant le parlement. Allié-clé de Washington dans sa «guerre contre le terrorisme» depuis septembre 2001, le Pakistan est plongé dans l’instabilité politique et confronté à une vague de violences sans précédent, avec la montée en puissance des talibans dans les zones tribales. Le pays traverse également une crise économique majeure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *