Les agriculteurs cessent leur mouvement de grève

Les agriculteurs argentins ont levé lundi leur mouvement de grève, mais le conflit qui les oppose au gouvernement depuis trois mois est encore loin d’être résolu. Le «campo», la campagne argentine, a confirmé ce week-end son intention de cesser sa grève de la commercialisation de grains (céréales et soja), interrompue depuis deux semaines, une décision effective depuis lundi matin.
«Il est opportun de reprendre la commercialisation de grains. Nous devons être conscients de la nécessité de permettre la tenue d’un processus devant conduire à un dialogue ambitieux», a déclaré dimanche Eduardo Buzzi, président de la Fédération agraire argentine, qui regroupe petits et moyens producteurs.
La plupart des barrages établis par les agriculteurs, mais aussi par des camionneurs en colère, ont été levés.
Mais des blocages persistaient cependant sur certaines routes là où des agriculteurs «autoconvoqués», qui ne se reconnaissent pas dans les organisations agricoles, ont décidé de maintenir le mouvement. Certains camionneurs continuaient également à bloquer certaines voies de communication, faute de travail, selon un de leurs dirigeants. «Pour l’instant, ils (les agriculteurs) ne nous ont pas appelés pour charger» les camions de grains, a ainsi déclaré lundi Ruben Agugliaro, président de la Chambre argentine des transporteurs routiers. Quelque 100.000 camions, selon la Direction de la circulation routière, devaient reprendre la route après la série de blocages routiers de ces derniers jours, qui avaient commencé à poser des problèmes de ravitaillement des villes et de stocks dans les usines de trituration du soja ou dans les ports d’exportation. La situation devrait revenir rapidement à la normale, ont promis les dirigeants agricoles ce week-end, qui attendent désormais un geste du gouvernement. Le Défenseur du peuple, équivalent d’un médiateur de la République ou d’un ombudsman, a convoqué lundi les parties prenantes au conflit pour tenter de reprendre un dialogue interrompu depuis le 23 mai.
Le gouvernement n’a toutefois pas confirmé qu’il enverrait des représentants à cette réunion.
La présidente argentine Cristina Kirchner devait toutefois prononcer dans la soirée, devant de nombreux responsables politiques, gouverneurs ou parlementaires, un discours présenté comme «important» par l’agence de presse officielle Telam. La teneur de ce discours n’a pas été révélée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *