Les américains manifestent massivement contre la guerre

Accusant George Bush de préparer des massacres en Irak, des dizaines de milliers d’Américains ont manifesté le week-end à Washington et dans d’autres villes américaines. Selon l’un des organisateurs, ils étaient 150.000 à défiler entre le monument aux morts du Vietnam, lieu haut en symboles et la Maison blanche. Parmi les manifestants, on a relevé la présence de l’actrice Susan Sarandon et le pasteur Jesse Jackson, défenseur des droits civiques. Il a déclaré : «Ce sera un combat sale et inutile. La majeure partie du monde s’y oppose».
Au même moment, 50.000 manifestants défilaient à San Fransisco et autant à Los Cabos, au Mexique où séjournait Bush pour un sommet de l’APEC (forum de coopération économique Asie-Pacifique). «Nous avons atteint le point où nous devrons prendre quelques décisions fondamentales au début de cette semaine et aller de l’avant. Nous ne pouvons pas continuer à avoir un débat qui ne finit jamais», a déclaré le secrétaire d’État américain Colin Powell qui a confirmé que le débat sur l’Irak à l’ONU entre dans une semaine clef. «Il est temps de regrouper les questions, en suspens dans une résolution, si possible. Et, si une résolution n’est pas possible, nous devons l’admettre et aller de l’avant», a ajouté Powell confirmant l’option militaire de son pays, résolution ou pas.
La France menace de déposer sa propre résolution sur l’Irak au Conseil de Sécurité si un accord n’est pas trouvé avec les Etats-Unis. «Nous allons essayer de travailler avec les Américains sur la base du texte qu’ils ont proposé. Si nous n’y arrivons pas, nous proposerons évidemment officiellement notre propre texte. Notre désir, c’est d’aboutir», a dit le ministre français des Affaires étrangère Dominique de Villepin. «La France s’oppose à un recours unilatéral à la force et également aux actions de force préventives», a précisé le diplomate français.
Par ailleurs, le Premier ministre russe, Mikhaïl Kassianov a averti l’Irak qu’il s’exposerait à certaines conséquences s’il décidait d’entraver le travail des inspecteurs en désarmement de l’ONU. Mais la Russie n’a pas pour autant adouci son opposition à la dernière résolution sur l’Irak que Washington cherche à imposer.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *