Les Américains tournent la page de huit années de «Bushisme»

Les Américains tournent la page de huit années de «Bushisme»

Barack Obama concrétise le «rêve» de Martin Luther King. 44ème président américain, le candidat démocrate, Barack Obama, devient le premier président noir dans l’histoire des Etats-Unis. Après une bataille acharnée vers la Maison-Blanche, Obama, 47 ans, s’est assuré du soutien d’au moins 349 grands électeurs, beaucoup plus que les 270 nécessaires pour disposer de la majorité au collège qui doit élire formellement le président des Etats-Unis. Alors que les derniers sondages annonçaient un écart de 11 points, Obama a remporté le vote populaire avec 52% contre 47% pour McCain, soit un écart moins grand que ce que prévoyaient les sondages. Le candidat démocrate a recueilli environ 5,4 millions de voix de plus que son adversaire. Devant un rassemblement massif de plus de 200.000 personnes dans le Grant Park à Chicago, Obama a prononcé un important discours de victoire. «Il a fallu beaucoup de temps mais ce soir, grâce à ce que nous avons accompli aujourd’hui, à cet instant précis, le changement est arrivé en Amérique», a-t-il annoncé. «La route qui nous attend est longue. Le chemin sera escarpé. Nous ne toucherons peut-être pas à notre but en un an, ou même en un mandat. Mais, je n’ai jamais eu autant d’espoir que nous y arriverons», a-t-il ajouté.
Côte républicain, la déception et la tristesse planent sur le camp de de McCain. C’est à Phoenix, dans l’Etat de l’Arizona, que McCain, 72 ans, a reçu la mauvaise nouvelle. Il a reconnu sa défaite et a déclaré avoir appelé Obama pour le féliciter. Puisque jamais une bonne nouvelle ne vient seule, Obama voit les sièges des démocrates renforcés aussi bien au Sénat qu’à la Chambre des représentants. Au Sénat, les démocrates ont remporté cinq sièges supplémentaires, ce qui les situerait au moins à 56 sièges. Toutefois, ils n’atteindraient pas la barre des 60 sièges. Une majorité pouvant les qualifier à surmonter les nombreux obstacles de procédure que ne manqueront pas de se dresser devant les républicains, malgré la déclaration de McCain. Même victoire attendue à la Chambre des représentants. Les démocrates devraient remporter, en effet, 25 sièges de plus qu’ils n’en avaient. Désormais, Obama pourra compter sur une majorité élargie des démocrates au Congrès pour mettre en œuvre les changements qu’il a promis pendant sa campagne. La victoire d’Obama a suscité plus d’une réaction positive à travers le monde. SM le Roi Mohammed VI s’est déclaré partisan d’ «une plus grande ouverture entre les civilisations et les religions pour exorciser les démons du terrorisme et de l’extrémisme et en finir avec les velléités d’exclusion et de marginalisation» (lire encadré). De même, la présidence française de l’Union européenne (PFUE) a adressé ses «plus chaleureuses félicitations» au candidat démocrate et a déclaré que l’UE était prête à «travailler étroitement» avec lui dans un esprit de «confiance mutuelle et de dialogue». Pour être nommé officiellement président des États-Unis, Barack Obama devra attendre le 20 janvier 2009, tournant ainsi la page de huit années de règne républicain.


Message de félicitations de SM le Roi Mohammed VI


SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à Barack Obama, à l’occasion de son élection à la présidence des Etats-Unis d’Amérique. Le Souverain a affirmé dans son message de félicitations que «la confiance du peuple américain reflète les aspirations et l’espoir d’un avenir meilleur que vous suscitez en lui en prenant la direction de votre grand pays». «Je saisis cette mémorable occasion pour vous dire combien je me réjouis de la qualité des relations qui unissent fortement nos deux pays depuis plus de deux siècles», a ajouté SM le Roi. Dans le même message, le Souverain a annoncé la volonté ferme du Royaume à adhérer aux solutions pacifiques politiques, et au règlement négocié et consensuel des différends régionaux et internationaux, «surtout dans la région du Moyen-Orient où doit être instaurée une paix durable, globale et équitable».
«Nous sommes également attachés à l’instauration d’un espace maghrébin sûr, intégré, complémentaire et prospère, tout comme nous souhaitons que l’Afrique puisse jouir d’une stabilité et d’une prospérité fondées sur l’unité, le développement et la démocratie», a affirmé le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *