Les anti-nobel récompensent des scientifiques farfelus

Cette cérémonie où la dérision est reine sera marquée par la présentation de travaux "ne pouvant ou ne devant pas être reproduits" devant un parterre de scientifiques qui se distinguent les uns des autres par leurs esprits farfelus.

Créées en 1991, ces récompenses, fondées par Marc Abrahams, sont l’occasion de rassembler dans la prestigieuse université d’Harvard les recherches scientifiques les plus loufoques. Cette année, les études ont été sélectionnées parmi quelque 5.000 travaux présentés. Le discours du cru 2005 sera prononcé par le lauréat 2003 en biologie Kees Moeliker, qui doit son prix à son étude "unique" répertoriant des cas de nécrophilie sur les canards colverts.

Il y a aussi un anti-Nobel de la paix qui a été décerné l’an dernier au japonais Daisuke Inoue, créateur du karaoké, récompensé pour "avoir inventé une nouvelle manière d’apprendre aux gens à se tolérer les uns les autres".

L’ambiance de la cérémonie est enfantine: les participants lancent pendant le discours de leurs collègues des cocottes en papier.

Les discours des récipiendaires sont limités à une minute et s’ils dépassent le temps imparti, une jeune maîtresse de cérémonie s’approche de l’orateur et lui glisse : "S’il vous plait, arrêtez, je m’ennuie". "Simple, mais croyez-moi ça marche", souligne Abrahams.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *