Les autorités mettent en cause des bédouins dans les attentats de sinaï

"Nos informations montrent que les auteurs des attaques terroristes de Dahab et d’al-Gora sont des bédouins du Sinaï", a déclaré à la télévision d’Etat le ministre de l’Intérieur Habib al-Adli.

"Ils ont aussi un lien avec les précédents attentats de Charm al-Cheikh et Taba" en 2005 et 2004, selon lui.

Trois attentats suicide ont été perpétrés presque simultanément lundi dans la station balnéaire de Dahab sur la mer Rouge, faisant au moins 18 morts et des dizaines de blessés, dont plusieurs étrangers. Mercredi, deux attaques suicide ont eu lieu à Al-Gora, dont l’un contre des membres de la Force multinationale et Observateurs (FMO), sans faire de victimes.

Selon des sources de sécurité et des journaux gouvernementaux égyptiens, l’enquête a montré que les attaques avaient été perpétrées par des bédouins du nord du Sinaï où la FMO est stationnée, à quelque 400 km au nord de Dahab.

Les autorités égyptiennes ont imputé à un groupe islamiste, Al-Tawhid wal Jihad, les attantats de Charm al-Cheikh en juillet 2005 (près de 70 morts) et ceux de Taba en octobre 2004 (34 morts).

Le ministre de l’Intérieur a affirmé que des renforts sécuritaires avaient été dépêchés dans le Sinaï, une vaste région désertique et montagneuse habitée en majorité par des tribus bédouines.

Les attentats ont généralement été suivis par des mesures de répression sévères contre les habitants bédouins et des centaines d’arrestations.

Les attentats de Dahab ont été perpétrés à la veille de l’anniversaire du retrait d’Israël du Sinaï, en avril 1982, poussant des analystes à y voir l’empreinte de commanditaires appartenant à un groupe local avec un calendrier des principales dates symboliques du pays.

Les responsables sécuritaires et les commentateurs estiment qu’une nouvelle cellule islamiste, qui pourrait être liée à Al-Qaïda, sans nécessairement recevoir d’aide de ce réseau terroriste d’Oussama ben Laden, est à l’origine des attentats.

Le groupe d’Abou Moussab al-Zarqaoui, le chef d’Al-Qaïda en Irak portait le nom d’al-Tawhid wal Jihad avant de le changer en 2005.

Renforçant cette hypothèse, les enquêtes préliminaires ont aussi montré que les bombes utilisées dans les attaques de Dahab étaient fabriquées localement.

Selon le quotidien gouvernemental Al-Ahram, citant des sources sécuritaires, le groupe responsable des attentats du Sinaï planifiait des attaques contre les Israéliens dans le Sinaï et les Américains en Irak.

Les enquêteurs effectuent aussi des tests ADN pour vérifier si les lambeaux de chair correspondaient aux cartes d’identité des kamikazes trouvées sur les lieux des attaques.

Par ailleurs, selon des sources sécuritaires et des témoins, une position de la police à Belbeiss, à 77 km au nord du Caire, a été attaquée mercredi par des inconnus, sans faire de victimes. Le ministère de l’Intérieur a cependant démenti cette attaque.

Le corresponsdant de la chaîne satellitaire qatarie al-Jazira en Egypte, Hussein Abdel Ghani, qui a aussi fait état de cette attaque, a été arrêté à Dahab et devrait être interrogé jeudi, selon la chaîne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *