Les exigences saoudiennes

Commentant la rencontre de la veille entre le prince Abdallah et le président George Bush au Texas, le quotidien «Al-Madina» écrit que «Washington est tenu d’exercer des pressions sur Israël pour obtenir la fin de l’occupation des villes de Cisjordanie (..) et de jouer un rôle équilibré et actif » au Proche-Orient en faveur de la paix. La rencontre de jeudi entre M. Bush et le prince Abdallah avait été annoncée comme houleuse, Riyad n’ayant pas caché pas que la relation spéciale qui la lie à Washington pourrait souffrir si ce dernier ne tempérait pas son soutien à Tel-Aviv, que l’Arabie Saoudite juge excessif.
M. Bush est sorti satisfait de cette entrevue, assurant partager avec son interlocuteur une vision identique de ce que devait être la paix au Proche-Orient, sans parvenir à étouffer les critiques de Riyad. Le prince Abdallah n’avait, lui, fait aucune déclaration. Un responsable saoudien qui accompagne le prince aux Etats-Unis a indiqué que celui-ci avait dit à M. Bush à quel point il jugeait « nécessaire que les Etats-Unis interviennent de manière équitable pour régler la crise dans les territoires palestiniens ». L’Emir Abdallah, a dit clairement à M. Bush que la détérioration de la situation dans les territoires palestiniens n’était pas sans conséquences sur la crédibilité des Etats-Unis sur le monde arabe, a dit ce responsable, sous le couvert de l’anonymat. A l’issue de la réunion, George Bush a exhorté Israël à achever son retrait militaire en mettant fin au siège qu’il impose au président palestinien Yasser Arafat à Ramallah ainsi qu’autour de la basilique de la Nativité à Beit Lahm. Par ailleurs, le journal « Al-Youm » insiste sur le fait qu’ «il est nécessaire que les Etats-Unis discutent avec l’Arabie pour comprendre ce dont le Proche-Orient – assoiffé de paix, de stabilité et de sécurité – a besoin ».
Adoptée fin mars par les pays arabes lors de leur sommet à Beyrouth, la proposition de paix du prince Abdallah est de nature à satisfaire ces besoins, ajoute le journal, exaspéré par la situation des territoires palestiniens. De son côté, le journal « Okaz » souhaite « un changement de la position de l’administration américaine vis-à-vis du conflit arabo-israélien pour que celle-ci assume, sans partialité, sa responsabilité en tant que parrain » du processus de paix.
Le journal « Arab news », estime que le message dont est porteur le prince Abdallah, est que « la paix ne peut venir des attaques » israéliennes menées à l’aide «de chasseurs F-16 et d’hélicoptères de combat Apache» (de fabrication américaine). «Que bush aille dire à «l’homme de paix» que la méthode de Sabra et Chatila peut être provisoirement effective, mais qu’elle ne sera jamais une base » pour la paix ajoute le journal, faisant référence à une récente déclaration de George Bush, qui avait qualifié Ariel Sharon d’ « homme de paix ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *