Les experts maghrébins appellent à l’intégration économique

Des experts maghrébins et étrangers ont plaidé dimanche à Alger, en faveur de l’intégration économique maghrébine pour faire face aux défis de la mondialisation. Intervenant lors de l’ouverture de l’université d’été de la confédération algérienne des cadres des finances et de la comptabilité (CCFC), ces experts tunisiens, libyens, marocains, mauritanien et algériens ont souligné, tour à tour, l’impérieuse nécessité de mettre en place une stratégie pour faire face à la crise économique internationale à l’instar de celles mises en œuvre par les Etats-Unis, l’Europe et l’Asie. Selon le président de la CCFC, Karim Mahmoudi, le moment est propice plus que jamais pour les décideurs maghrébins de se mettre autour d’une table et de passer en revue les nombreux atouts du Maghreb à mobiliser, pour s’imposer sur l’échiquier international. «Dans ce contexte d’immobilisme politique, les intellectuels et la société civile ont un rôle à jouer grâce à leur contribution à un débat serein et par l’identification de nombreuses alternatives de collaboration et en excluant tout ce qui peut diviser. Ils peuvent influer l’opinion publique et dans une moindre mesure les décideurs à considérer la possibilité de collaborer plutôt que de s’ignorer», a-t-il affirmé.
M. Mahmoudi a annoncé la création, en marge de ces assises, de l’association «Maghreb plus», qui aura notamment la lourde tâche de réaliser une intégration économique maghrébine par le bas. Abondant dans ce sens, l’universitaire marocain Abdelatif Fekkak, a indiqué que «Maghreb plus» se veut apolitique et devra offrir aux intellectuels et aux ONG, la possibilité d’apporter leur contribution à l’intégration économique maghrébine, devenue une nécessité impérieuse pour faire face à la mondialisation. «Plus le Maghreb est uni, plus il fera entendre sa voix et relèvera les défis économiques», a-t-il dit. Citant le début du processus de réalisation de l’Union Européenne à la fin des années cinquante.
Des professeurs maghrébins ont ensuite traité des atouts économiques des pays maghrébins et de la transition démographique et des politiques économiques au Maghreb.
L’économiste marocain Driss Ben Ali, a traité dans sa communication, du «Maghreb point de convergences entre l’Europe et l’Afrique». Il a déploré à ce sujet la faiblesse des échanges économiques entre le Maghreb et l’Afrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *