Les grandes puissances discutent du nucléaire iranien

Les grandes puissances discutent du nucléaire iranien

Des hauts responsables des six grandes puissances qui cherchent à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire se retrouvaient mercredi en Allemagne alors que les pays occidentaux menacent de recourir à de nouvelles sanctions contre Téhéran d’ici la fin du mois. La réunion, à huis clos dans les environs de Francfort (ouest), s’est déroulé au niveau des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, et de l’Allemagne. «Prenant en compte le dernier rapport de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), le moment est venu de discuter d’une nouvelle approche vis-à-vis du programme nucléaire iranien», a indiqué dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier. La réunion de mercredi n’a pas pour but «de prendre des décisions concrètes», mais plutôt «de faire ensemble un état des lieux aux vues des élections en Iran et du rapport de l’AIEA», indique-t-on de sources diplomatiques à Berlin. Des élections controversées ont vu la réélection en juin du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, tandis que l’AIEA affirmait fin août qu’en dépit d’améliorations sur la transmission d’informations et les visites inopinées de sites nucléaires, Téhéran n’a pas répondu aux questions concernant la nature militaire supposée de son programme. « Sur la base de ce que nous avons vu, il paraît clair que l’Iran continue à ne pas coopérer pleinement et poursuit ses activités d’enrichissement d’uranium », selon le porte-parole du département d’Etat américain Ian Kelly. Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel ont vivement critiqué l’Iran lundi, à l’issue d’une rencontre à Berlin, avertissant Téhéran qu’il devait prendre au sérieux les menaces de sanctions renforcées. Les chefs d’Etat et de gouvernement des grandes puissances devraient discuter de telles mesures en marge de la réunion annuelle de l’assemblée générale de l’ONU à New York, puis au sommet du G-20 à Pittsburgh (Etats-Unis) les 24 et 25 septembre, selon les responsables diplomatiques. Après de premières sanctions en 2005, 2006 et 2007, la communauté internationale envisage des mesures ciblant le secteur énergétique iranien, selon Mme Merkel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *