Les marins britanniques provoquent une polémique

Faye Turney, la seule femme du groupe de quinze marins britanniques capturés puis libérés par l’Iran, a raconté lundi son épreuve, profitant d’une autorisation du ministère de la Défense (MoD) de parler aux médias contre rétribution qui a déclenché une vive polémique.
La décision du ministère a provoqué une réaction consternée de la presse, de l’opposition et des familles des soldats morts en Irak. Il s’est justifié en estimant que même sans son accord, « les récits qu’ils avaient à raconter se seraient vraisemblablement propagés via leur famille ou leurs amis». Le MoD avait annoncé samedi la levée pour «circonstances exceptionnelles», de l’interdiction, de rigueur pour le personnel d’active, de conclure des accords financiers avec les médias.
Faye Turney, 26 ans, a décrit au tabloïd The Sun les railleries et menaces de mort qui ont alimenté ses treize jours de captivité, au cours desquels ses ravisseurs l’ont obligée à se déshabiller, lui ont menti et suggéré qu’elle ne reverrait plus jamais sa fille de trois ans, Molly.
Avant même la parution des interviews, la mère d’un des quatre soldats tués en Irak la semaine dernière a fait part de son indignation. «Ce serait une terrible honte si l’un d’entre eux (les marins) décidait de franchir réellement le cap et vendre leur histoire», a déclaré Sally Veck au Times.
Les conservateurs ont exprimé leur inquiétude face à ces « marchés indignes ». Et le journal The Independent s’est élevé contre un «système qui n’accorde que des indemnités proches de zéro pour quelqu’un tué en service commandé, mais autorise des prisonniers libérés à gagner plusieurs fois leur salaire annuel (en racontant) leur expérience».
Dans un autre entretien avec la chaîne ITV, diffusé lundi soir mais dont des extraits ont été mis en ligne, Faye Turney a confié s’être vue offrir «un paquet d’argent» pour son histoire et n’avoir pas saisi «la plus grosse offre».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *