Les médias québécois préparent le virage numérique

Les médias québécois préparent le virage numérique

Pour de nouvelles approches de création et de diffusion des contenus journalistiques

Malgré les difficultés que vivent les entreprises de presse ces dernières années, les éditeurs de journaux restent confiants et assurent que la presse écrite va continuer d’être publiée sur papier, mais les nouvelles réalités de production de l’information demandent une adaptation.

L’industrie de la presse vit une profonde remise en question de son modèle d’affaires. Comme ailleurs, au Québec la façon de s’informer connaît ces dernières années une transformation complète en raison de la multiplication des plates-formes numériques face à une rupture des modèles traditionnels du secteur de l’information. Si les médias ont enregistré une hausse de leur lectorat, leurs revenus ont fortement chuté à cause de la migration des investissements vers les médias sociaux et la diminution des abonnements traditionnels, a indiqué Marie Montpetit, ministre de la culture et des communications au Québec. En effet, selon le guide Infopresse, les revenus publicitaires numériques représentent au Québec près de 878 millions de dollars canadiens mais cette somme ne profite pas aux médias québécois.
Pour soutenir le secteur de la presse d’information, le gouvernement du Québec va allouer une enveloppe de 36,4 millions dollars sur cinq ans. C’est ce qui a été annoncé en ce mois de décembre. Ce budget est dédié à un nouveau programme d’aide à la transformation numérique des entreprises de la presse écrite (19,2 millions de dollars canadiens) et à un soutien transitoire pour les aider à respecter leurs obligations en matière de recyclage (12 millions de dollars canadiens). En matière de transformation numérique, il est question de mettre en place de nouvelles approches de création et de diffusion des contenus journalistiques. Dans ce plan de soutien en faveur de la presse, les médias communautaires bénéficient également d’une part du gâteau à travers une allocation de 5,2 millions de dollars canadiens. Un nombre de 156 médias écrits et électroniques communautaires du Québec sont concerné. Pour cette filière, une enveloppe de 400.000 dollars canadiens sera investie sur deux ans pour la mise en place d’un laboratoire d’innovations, de manière à adapter les médias communautaires aux nouvelles réalités du secteur de la presse. Le financement des médias communautaires sera également bonifié à travers un programme d’aide à leur fonctionnement. A noter que c’est la première fois que le gouvernement québécois vient en aide à la presse écrite privée. Il faut souligner aussi que d’autres pays comme la Finlande, la Norvège, la Suède, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis offrent déjà des programmes d’aide à la presse écrite. Malgré les difficultés que vivent les entreprises de presse ces dernières années, les éditeurs de journaux restent confiants et assurent que la presse écrite va continuer d’être publiée sur papier, mais les nouvelles réalités de production de l’information demandent une adaptation.

Stratégie

Le monde des médias québécois n’est pas le seul domaine concerné par une action gouvernementale en faveur du développement du numérique. Ce sont en fait 1,5 milliard de dollars sur cinq ans, dont 500 millions de dollars déjà annoncés au cours des derniers mois, qui seront dédiés à la stratégie du tout numérique au Québec. Objectif : positionner la province comme leader en matière de transformation numérique. Un projet de société qui n’est plus un choix, mais bien un incontournable pour développer la culture numérique à tous les niveaux et préparer l’économie québécoise du 21ème siècle. Pour la mise en œuvre de la stratégie, le gouvernement québécois a annoncé la création d’un conseil du numérique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *