Les Palestiniens de Ghaza manifestent leur soutien à Arafat

A l’appel du Fatah, les manifestants se sont rassemblés et se sont dirigés du siège du Conseil législatif (Parlement) au bureau des Nations Unies, en scandant des slogans hostiles au président américain George Bush et criant: «pas de remplaçant à Arafat».
Cette manifestation «est une réponse au discours américain», selon un communiqué du Fatah, qui rejette «les interventions extérieures faites au nom des réformes». Des représentants du mouvement ont remis à des responsables onusiens un message adressé au secrétaire général de l’organisation internationale, Kofi Annan, affirmant que «les réformes sont une affaire interne palestinienne». «Le peuple palestinien a le droit de choisir ses dirigeants et aucune partie internationale ne peut lui dicter ses choix politiques», ajoute le texte, dans une allusion aux propos de M. Bush qui, le 24 juin, avait dans son discours consacré au Proche-Orient, conditionné la création d’un Etat palestinien à un changement de la direction palestinienne.
Ce discours est «une menace directe contre notre avenir et une intervention flagrante dans nos affaires », indique le communiqué, qui appelle l’ONU à le «condamner vigoureusement car il est contraire aux accords internationaux». Par ailleurs, après une mission d’enquête sur place, un rapport de deux ONG indique qu’Israël s’est rendu coupable, lors de son opération militaire d’avril à Naplouse (Cisjordanie), d’ «infractions graves du droit international humanitaire et des droits de l’Homm ». «D’après le statut de la Cour pénale internationale (CPI), ces infractions sont qualifiables de crimes de guerre», souligne le rapport de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et de Médecins du monde (MDM) qui préconise la « mise en place d’une force internationale de protection».
Ce constat a été établi après une mission d’enquête dans l’agglomération de Naplouse, depuis l’opération «Rempart» menée du 3 au 22 avril et qui a fait des dizaines de victimes parmi les Palestiniens, sans compter les centaines de personnes interpellées et les destructions de biens.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *