Les pirates campent sur leurs exigences

«Nous n’avons pas changé le montant de la rançon qui demeure exactement à 25 millions de dollars. Lorsque nous voudrons modifier ce montant, cela devra être accepté à l’unanimité, par l’ensemble des personnes impliquées», a déclaré à l’AFP le porte-parole des pirates somaliens, Mohamed Said, par téléphone depuis le port somalien d’Harardhere. La capture le 15 novembre du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole, est l’opération la plus spectaculaire menée jusqu’à présent par des pirates somaliens, qui ont attaqué une centaine de bateaux cette année. Les pirates exigent depuis jeudi une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star dont la cargaison de pétrole est estimée à 100 millions de dollars. Ils avaient alors donné 10 jours aux «Saoudiens» pour s’acquitter de la somme, menaçant dans le cas contraire de prendre des mesures qui pourraient être «désastreuses».
Le superpétrolier, qui avait été pris d’assaut en plein océan Indien, est au mouillage depuis mardi dernier dans la zone d’Harardhere, petit port de pêche et repaire des pirates situé à environ 300 km au nord de Mogadiscio.
«Nous déplaçons le bateau de temps à autre, d’un endroit à un autre, pour des raisons tactiques. C’est comme un jeu de guerre. Nous n’emmenons pas le bateau trop loin», a expliqué Mohamed Said. «Nous disposons toujours d’assez de monde au sol et sur le bateau. Personne ne peut nous terroriser. Toute tentative pour prendre le bateau de force est futile», a-t-il assuré. Dimanche, les insurgés islamistes, les shebab, à la tête de l’insurrection en Somalie, avaient mis en garde les pirates, les enjoignant de libérer le navire «s’il veulent la paix». Mohamed Said avait rétorqué que les pirates ne craignaient pas ces menaces.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *