Les rebelles rejettent les nouvelles nominations

Après des mois de disputes, le gouvernement de coalition pensait avoir terminé de composer son équipe avec l’attribution des postes clés des ministères de la défense et de la sécurité, mais les rebelles ont rejeté les nominations avancées, accusant le président Laurent Gbagbo de forcer leur réflexion. Dans une déclaration, le chef des rebelles Guillaume Soro, qui est maintenant le ministre de la communication, a accusé le président et ses supporters de vouloir forcer l’acceptation de ces postes. Soro a déclaré que les rebelles ne respecteraient pas le plan de désarmement prévu dans quelques mois, ajoutant: « Nous n’avons aucune confiance dans les nouveaux ministres pour désarmer ». Le gouvernement avait nommé Rene Amani, un homme politique indépendant et ancien responsable de l’industrie du cacao, au ministère de la défense. Martin Bleou, un professeur d’université et militant des droits de l’homme, avait été nommé à la sécurité intérieure. Les responsables du cabinet représentant les rebelles, les parties d’opposition et les partisans du président Gbagbo n’arrivent pas à se mettre d’accord sur ces postes depuis le mois de janvier, après la signature de l’accord de paix. Cet accord prévoit par ailleurs la tenue d’élections dans le pays en 2005. Les deux ministres ont été nommés une semaine avant l’anniversaire du coup d’Etat manqué contre le président Laurent Gbagbo qui a entraîné le déclenchement de la guerre civile ivoirienne. Les rebelles contrôlant le nord du pays, majoritairement musulman, ainsi que plusieurs zones de l’Ouest, ont accepté de former une coalition gouvernementale avec les partisans de Gbagbo et l’opposition politique aux termes d’un accord de paix parrainé par la France, ancienne puissance coloniale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *