Les Saoudiens montrés du doigt

Les Saoudiens montrés du doigt

La solide alliance de l’Arabie Saoudite et des Etats-Unis est en délabrement constant, depuis les tristement célèbres attentats du 11 septembre 2001. La nationalité de la plupart des terroristes a eu l’effet d’une onde de choc sur des relations, jusque-là, paisibles. Sérieusement ébranlés, les liens américano-saoudiens risquent de poursuivre leur décrépitude, notamment si l’on se réfère aux divers développement qui voient inlassablement le jour. Dernier en date, un rapport du congrès américain sur les attentats du siècle fait état d’accusations directement orientées vers l’Arabie Saoudite. En effet, le voile a été levé sur certains passages de ce rapport, frappés du sceau du secret, évoquant l’implication d’hommes d’affaires, de membres de la famille Royale, de Fondations et de Banques d’Arabie Saoudite, qui auraient pu avoir aidé la nébuleuse d’Al Qaïda ou les kamikazes, selon des témoignages repris par l’Associated Press. Les signataires du rapport n’hésitent pas à évoquer la possible implication des services de renseignements saoudiens, qui auraient entretenu des contacts avec des Saoudiens étroitement liés aux suicidaires ou avec certaines de leurs connaissances. Cinglant, le rapport en question souligne qu’un Imam vivant aux Etats-Unis aurait pu faciliter la tâche des terroristes, rapporte l’Associated Press selon ces sources ayant requis l’anonymat. Ces révélations n’ont pas tardé à susciter une sortie du prince Bandar, ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, qui a rejeté avec virulence les propos en question. Il a indiqué que toute déclaration suggérant que les terroristes sont des agents du gouvernement saoudien est « manifestement fausse ». Pour les enquêteurs en charge de l’affaire, les pistes prospectées par la CIA et le FBI butent sur des contradictions quant à leur fondement, reposant parfois sur de vulgaires présomptions. « D’une part, il est possible que ce genre de connexions puisse mener, comme indiqué dans une note de la CIA, à des preuves irréfutables qu’il existe un soutien à ces terroristes », souligne le rapport. Les services de renseignement américains et la police fédérale reconnaissent que pistes et preuves aboutissant aux services de renseignements saoudiens restent entourées d’une chape de flou. « D’un autre côté, il est également possible que des investigations supplémentaires concernant ces allégations révèlent des explications légitimes et innocentes à ces associations », précise le document. Les enquêteurs du congrès tentent par ailleurs de savoir l’origine de ces connexions. Il s’agit de déterminer si elles sont fortuites ou s’il s’agit réellement d’un réseau de collecte de fonds et de soutien au terrorisme de la part de l’Arabie Saoudite. Près de deux ans après leur perpétration, les attentats du 11 septembre continuent de cultiver le mystère qui les entoure. Chaque jour ramène son lot d’informations, mais aussi de désinformations. Les ouvrages consacrés au mardi noir ne cessent également de foisonner. Toutes les passions sont déchaînées. Cependant, le démêlement de l’écheveau qui étouffe ce terrible événement n’est pas prêt de voir le jour. Un événement qui n’est pas sans rappeler les célèbres affaires du siècle, ayant marqué les annales de l’humanité, et qui ne se sont débarrassées de leurs énigmes que des décennies après.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *