Les talibans libèrent deux otages sud-coréennes

Deux otages sud-coréennes ont été libérées lundi et remises par un médiateur au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), non loin de Ghazni, chef-lieu de la province du même nom, dans le sud de l’Afghanistan, ont constaté des journalistes de l’AFP. Elles ont été remises au CICR à 12h30 GMT environ et avaient l’air fatiguées sous leur écharpe respectivement rouge et orange. Elles ont éclaté en sanglots en entrant dans le véhicule de la Croix-Rouge. «Je suis OK, mon amie est OK», avait déclaré auparavant l’une d’elles au téléphone avec une journaliste de l’AFP, alors qu’elles étaient conduites en voiture par un médiateur, haut responsable tribal, Haji Zahir, vers le point de rencontre avec le CICR.
Cette Sud-Coréenne, qui avait du mal à s’exprimer en anglais, a donné leur nom qui était difficilement audible en raison de bruits de voix à l’intérieur du véhicule. Mais elle a précisé qu’elles étaient âgées de 32 et de 36 ans. Interrogée sur l’état de santé des 19 autres otages, la jeune femme n’a pas été en mesure de répondre, la voix nouée par l’émotion.
Dans le même véhicule se trouvait le chef tribal et médiateur Haji Zahir qui avait annoncé un peu plus tôt à l’AFP leur libération dans le village d’Azara à une dizaine de kilomètres de Ghazni et leur acheminement vers un lieu de rendez-vous avec le CICR. «Elles nous ont été remises il y a peu», a déclaré ce médiateur dans la crise des otages selon lequel «elles semblent être en bonne santé».
Auparavant, les talibans avaient déclaré à l’AFP qu’ils remettraient lundi à 11h30 GMT à l’organisation de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en Afghanistan les deux otages sud-coréennes malades dont ils avaient déjà annoncé la libération ce week-end. «Deux femmes otages seront libérées et remises au bureau de la Croix-Rouge à 16h00 locales (11h30 GMT)», a déclaré à l’AFP par téléphone l’un des porte-parole des Talibans, Youssouf Ahmadi.
Des déclarations contradictoires, y compris du côté des talibans, se sont succédé depuis vendredi soir concernant la libération attendue de ces deux femmes qui font partie des 21 otages sud-coréens enlevés il y a 25 jours. Cette nouvelle annonce intervient au quatrième jour de négociations directes entre une délégation venue de Séoul et deux émissaires des talibans, dans les locaux du Croissant-Rouge à Ghazni, la principale ville de la province du même nom dans le sud afghan, où le groupe d’évangélistes sud-coréens a été enlevé le 19 juillet. Depuis samedi, les talibans présentent la libération de ces deux femmes comme un «geste unilatéral» de  «bonne volonté».
Mais ils réclament toujours la libération par le gouvernement afghan d’un nombre de leurs camarades emprisonnés équivalent au nombre d’otages sud-coréens, ce que rejette catégoriquement Kaboul. Les talibans ont déjà exécuté deux otages, deux hommes, les 25 et 30 juillet. L’accès au bâtiment où ont lieu les négociations à Ghazni, à environ 140 km au sud-ouest de Kaboul, est interdit aux journalistes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *