Les terroristes ont encore tué en Algérie

Un couple a été sauvagement tué lundi soir à Bouchaoui, près d’une forêt à une dizaine de kilomètres à l’ouest d’Alger, par un groupe armé. Les forces de sécurité ont retrouvé les deux corps mutilés le lendemain: l’homme – un policier – a été tué par balle puis déchiqueté à la hache, tandis que la jeune femme qui l’accompagnait a été égorgée puis décapitée. Dans la même soirée, une personne avait été tuée et 19 autres blessées dans l’explosion de trois bombes de fabrication artisanale à Laghouat (650 km au sud d’Alger). Ces actes terroristes ont été suivis par une nouvelle explosion mardi matin, tuant une personne et en blessant une autre à Sabra, dans la région de Tlemcen (540 km à l’ouest d’Alger). Le journal Liberté rapportait aussi ce mardi qu’un militaire avait été tué et deux autres blessés samedi dernier, dans l’explosion d’une autre bombe sur la route près de la localité d’Enchit, non loin de Boudouaou (40 km à l’est d’Alger).
Les opérations de ratissage ont quant à elles permis aux forces de sécurité de retrouver un groupe armé lundi, près de Relizane (300 km à l’ouest d’Alger). Deux islamistes ont alors été tués et quatre autres blessés, selon le quotidien El Khabar qui précise que les deux morts sont « l’émir » d’un groupe armé, Ahmed Safir, et son adjoint «Rouget l’égorgeur». Malgré ces opérations, les journaux de ce mercredi continuaient de dénoncer un manque de vigilance, les terroristes tuant encore dans des zones normalement sécurisées.
Le Matin souligne aussi que les islamistes s’en prennent de plus en plus à la capitale. Suite à une enquête, le quotidien algérien conclut à des « failles dans le dispositif de surveillance » à Alger.
« Pourtant, marchés et abribus constituent des cibles vulnérables et surtout privilégiés de la barbarie terroriste, et la seule vigilance de la population n’est pas suffisante pour s’en prémunir ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *