L’Espagne refuse l’asile politique au fils d’Oussama Ben Laden

L’Espagne a refusé mercredi 5 octobre, l’asile politique à Omar Ben Laden, l’un des fils du fondateur d’Al Qaïda Oussama Ben Laden, jugeant que sa sécurité n’était pas notoirement en danger au Moyen-Orient comme il l’affirme, a-t-on appris de sources concordantes. «La raison qu’ils ont donnée est qu’ils ne croient pas que sa vie est en danger», a déclaré à l’AFP une personne de son entourage. «C’est exact, la décision lui a été notifiée en début d’après-midi», a confirmé à l’AFP un porte-parole du ministère espagnol de l’Intérieur. «Elle est conforme à l’avis de la commission du HCR», le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, a ajouté ce porte-parole. Omar Ben Laden, 28 ans, qui réside habituellement en Egypte et a un passeport saoudien, a la possibilité de faire appel de cette décision, conformément à la législation espagnole. Il avait demandé, lundi 3 octobre, l’asile politique en Espagne alors qu’il était en transit à Madrid, lors d’un voyage entre Le Caire et Casablanca. «Il ne se sent pas en sécurité là-bas en raison de ses positions pacifistes et c’est pour cela qu’il a demandé l’asile», avait déclaré la même personne de son entourage plus tôt mercredi après-midi. Omar Ben Laden se définit comme un fils «pacifiste» d’Oussama Ben Laden. Il est le quatrième enfant d’un premier mariage de l’homme le plus recherché au monde.
Depuis 2007, il est marié à une Britannique, Zaina Alsabah Ben Laden, 52 ans, dont le nom était auparavant Jane Felix-Browne et qui l’accompagne actuellement à Madrid. Il avait déjà demandé en avril un permis de séjour en Grande-Bretagne, qui lui avait été refusé en raison des troubles que sa venue pourrait générer. Omar Ben Laden se trouve actuellement au centre de rétention de l’aéroport international de Madrid-Barajas. Son père, Oussama Ben Laden, a notamment revendiqué la responsabilité des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, qui ont fait près de 3.000 morts et ont conduit à l’invasion de l’Afghanistan. «J’essaie de dire à mon père: tâche de trouver une autre façon de défendre et d’atteindre ton objectif. Les bombes, les armes, ce n’est pas bon de les utiliser contre quiconque», avait déclaré Omar Ben Laden en janvier dans une interview à la chaîne satellitaire américaine CNN.
Alors que CNN lui demandait s’il était convaincu que son père était responsable des attentats du 11 septembre 2001, Omar Ben Laden avait répondu: «Oui, peut-être». Le jeune homme, qui arbore des dreadlocks et une fine barbichette, selon une récente photo, assure n’avoir plus parlé à son père depuis 2000, quand il a quitté un camp d’entraînement d’Al Qaïda en Afghanistan, avec sa bénédiction. «Mon père m’a dit, si c’est ton choix, ta décision, que puis-je te dire. Je préfère que tu restes avec moi, mais c’est ta décision», avait encore assuré Omar Ben Laden.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *