Liban : décès du Grand ayatollah Fadlallah

Le Grand ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah, autrefois considéré comme le mentor controversé du parti pro-iranien Hezbollah et qui était une personnalité très influente de l’Islam chiite, est décédé dimanche dans un hôpital de Beyrouth, à l’âge de 75 ans. «Le père, le leader, l’autorité, le guide, l’homme est parti», a réagi un proche, l’ayatollah Abdallah Al-Ghureifi (originaire de Bahreïn), lors d’une conférence de presse dans la mosquée Al-Imamayn al-Hassanayn, dans la banlieue sud de Beyrouth. C’est dans cette mosquée, qu’il sera enterré mardi à l’issue de funérailles prévues à 10H30 GMT, a annoncé son bureau. Il avait été hospitalisé vendredi pour une hémorragie interne. Le Hezbollah a appelé à trois jours de deuil, affirmant dans un communiqué que «le Liban, la nation musulmane et le monde tout entier» avaient «perdu un grand savant musulman» qui a «soutenu clairement et avec courage la «résistance» (le Hezbollah, ndlr) contre l’ennemi sioniste (Israël)». Le secrétaire général de la formation chiite, Hassan Nasrallah, a regretté «la perte d’un guide qui a toujours était partisan du dialogue et hostile à l’injustice». Comme Nasrallah, Fadlallah était inscrit par les Etats-Unis sur leur liste des «terroristes internationaux», établie en 1995. Dans un message de condoléances adressé au président du Liban, Michel Souleiman, le chef de l’Etat iranien, a salué les services «brillants et précieux» rendus par Fadlallah «en faveur de l’unité nationale et sa perséverance dans la résistance». Le Premier ministre libanais Saad Hariri ou le chef du Parlement Nabih Berri, ont déploré «la perte d’une personnalité nationale et spirituelle influente» et «une voix de modération». Le conseil de la province irakienne de Najaf, siège de la plus haute autorité de l’Islam chiite, a estimé que sa mort était «une perte et une catastrophe. Par ses idées et son travail, il était un défenseur de l’unité islamique», selon un communiqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *