Liban : Israël prépare l’invasion

Liban : Israël prépare l’invasion

Est-ce le début de l’invasion terrestre ? En tout cas, l’armée israélienne a franchi samedi dernier un nouveau pas affirmant avoir pris le quasi-contrôle d’un village au Liban sud, après des combats de rues qui pourraient être le prélude à une opération terrestre d’envergure contre le Hezbollah chiite, six ans après le retrait de Tsahal. L’Etat hébreu a par ailleurs élargi au onzième jour de son offensive meurtrière, déclenchée par la capture de deux de ses soldats par le Hezbollah, le champ de ses cibles au Liban en détruisant des antennes de télécommunication utilisées par des télévisions et des radios. Considérés comme le seul pays ayant une influence sur Israël, les Etats-Unis ont indiqué qu’ils voyaient l’élimination du Hezbollah comme une nécessité.
Le président George W. Bush a également établi, au cours de son allocution radiodiffusée hebdomadaire, un lien entre cette opération israélienne et la confrontation engagée contre les deux bêtes noires de Washington dans la région, la Syrie et l’Iran. Il a ainsi accusé la Syrie de soutenir le Hezbollah et de permettre son approvisionnement en armes venues d’Iran, tout en dénonçant l’Iran pour «ses ambitions nucléaires et son aide à des groupes terroristes». Au lendemain du début de l’incursion israélienne, la Syrie a affirmé qu’elle entrera dans le conflit si les forces terrestres israéliennes entrent au Liban et s’approchent trop de la frontière syrienne. «Si Israël procède à une invasion terrestre du Liban et s’approche de nous, la Syrie ne restera pas sans rien faire. Elle entrera dans le conflit», a déclaré Mohsen Bilal, le ministre syrien de l’Information, dans une interview publiée dimanche par le quotidien espagnol "ABC". «Nos forces de coopération son en état d’alerte», a-t-il déclaré ajoutant que : «si les troupes israéliennes nous provoquent, Damas agira pour garantir la sécurité nationale du territoire syrien». Sur le terrain, l’armée israélienne, qui contrôle l’espace aérien libanais, a procédé à de nouveaux raids meurtriers. Deux civils ont été tués et 21 autres blessés dimanche dans ces nouveaux raids aériens qui ont ciblé la région de Tyr, à 83 km au sud de Beyrouth. Ces nouvelles victimes portent à quatre le nombre de civils tués et à 50 celui des blessés pour la seule matinée de dimanche, selon un décompte établi par l’agence française AFP. Cinq membres d’une même famille ont été blessés par les éclats d’un missile air-sol. Deux civils ont été tués à Chihine, à l’est de Tyr et trois autres blessés par un missile air-sol tombé sur leur maison. Treize civils ont été blessés lorsqu’un missile air-sol a touché un autobus, faisant partie d’un convoi escorté par la Croix-Rouge libanaise sur la route Tiri-Tyr. Cinq membres d’une même famille ont été blessés par les éclats d’un missile air-sol. Le secrétaire général adjoint de l’Onu pour les affaires humanitaires, Jan Egeland, a déclaré samedi dernier à Chypre que «le Liban était en proie à une crise humanitaire majeure». Il s’est plaint des difficultés à pouvoir acheminer de l’aide au pays soumis à un blocus. «Nous ne pouvons pas acheminer de l’aide dans le pays ni en quantité ni la distribuer au-delà de quelques points. C’est déjà une crise majeure avec plus d’un demi-million de personnes directement affectées», a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *