Liban : le Hezbollah mobilise la rue

Liban : le Hezbollah mobilise la rue

A l’appel de l’opposition menée par Hezbollah, des milliers de Libanais sont sortis, vendredi, dans la rue pour manifester contre le gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora. Les manifestants se sont rassemblés, à la mi-journée, dans le centre de Beyrouth réclamant la démission du Premier ministre libanais et le départ des Etats-Unis.
Brandissant des drapeaux libanais ainsi que des photos de Nasrallah, le chef du Hezbollah et du général Michel Aoun, le chef du Courant patriotique libre (CPL, chrétien), les manifestants se sont installés aux abords du Grand Sérail, le siège du gouvernement libanais, transformé à l’occasion en camp retranché.
Depuis plusieurs jours, le Premier ministre et des membres de son gouvernement s’y sont retranchés. Même si les protestataires étaient présents en grand nombre et à quelques centaines de mètres du siège du gouvernement, des diplomates et d’autres visiteurs pouvaient y accéder sans entrave, sous la protection de l’armée. Pour contenir tout débordement, des soldats et des unités de la force d’intervention rapide ont été déployés dans les quartiers aux alentours du palais du gouvernement, lequel était encerclé de rouleaux de fers barbelés de deux mètres de haut. Les protestataires étaient maintenus à environ 150 mètres du Grand Sérail par des cordons de sécurité composés par des soldats.
L’instigateur de cette manifestation, le Hezbollah, a appelé « tous les Libanais» à manifester en masse et pacifiquement pour demander le départ de Fouad Siniora, soutenu par les Occidentaux et organiser des élections anticipées.
Parmi les participants à la manifestation : le parti chiite Amal, le Courant patriotique libre du général Michel Aoun et des partisans du président Emile Lahoud. Ceux-ci font partie du camp pro-syrien. Ils exigent la démission du gouvernement Siniora depuis qu’il a perdu, selon eux, toute légitimité après le départ, mi-novembre, de six de ses ministres, dont cinq étaient du parti chiite Amal.
Selon des sources médiatiques, le Hezbollah a mobilisé plusieurs milliers d’hommes pour assurer le bon déroulement de la manifestation. Le mouvement se poursuivait, dimanche, pour la troisième journée consécutive alors que le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, était en visite au Liban. Quant au gouvernement libanais, il a assuré de sa détermination à faire face « à ce coup d’Etat et à protéger le Liban. »

La diplomatie européenne en action au Liban

L’Allemagne en la personne de son ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier est en visite au Liban. Il a rencontré Fouad Siniora mais aussi le président du Parlement libanais Nabih Berri. L’Allemagne qui prendra la présidence de l’Union européenne en janvier a entamé une tournée au Proche-Orient afin de faire un état des lieux de la situation dans la région. Plus au sud, la chef de la diplomatie britannique Margaret Beckett était en terrain miné. Elle a rendu visite à un groupe de militaires des Nations Unies chargés de déminer la région. Elle a déclaré qu’Israël devait stopper le survol des positions onusiennes au sud Liban.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *