Liban : Les membres du « réseau terroriste» sont des Palestiniens

Les membres d’un « réseau terroriste» arrêtés au Liban où ils avaient préparé un attentat contre les Casques bleus sont tous des extrémistes palestiniens, a affirmé mardi le juge militaire chargé du dossier. «Tous les membres du réseau sont des Palestiniens», a indiqué à l’AFP le juge Jean Fahd, qui doit examiner dans la matinée le dossier préliminaire de l’enquête. Il a refusé de préciser le nombre des personnes arrêtées lundi, indiquant que le nombre des accusés et leurs affiliations seront annoncés après étude du dossier. «Nous aurons alors déterminé le nombre des inculpés et si des personnes doivent être relâchées», a-t-il ajouté.
Selon des informations de presse, sept personnes auraient été arrêtées.
Les personnes arrêtées «appartiennent à des groupes islamistes radicaux», a indiqué le juge en refusant de préciser les noms de ces mouvements.
L’armée libanaise avait annoncé lundi le démantèlement d’un «réseau terroriste» composé de «non Libanais» qui avait placé un engin explosif sur la route principale dans la région de Tyr. L’attaque visait une patrouille de la Force intérimaire de l’ONU au Liban (Finul), stationnée dans le sud du pays. « A la lumière des récentes attaques terroristes contre la Finul, des menaces reçues provenant de groupes de militants et de ces dernières arrestations, la Finul reste vigilante et prend une série de mesures pour atténuer les risques et pour améliorer le salut et la sécurité de son personnel», affirme la force dans un communiqué reçu par l’AFP. Deux attentats ont visé la Finul depuis juin 2007.
Le 16 juillet, une attaque a visé le bataillon tanzanien, sans faire de victime. Suite à cette attaque, le juge d’instruction militaire au Liban a engagé des poursuites contre six Palestiniens, dont trois en fuite, pour «avoir essayé de tuer des soldats de la Finul».
Sur la même affaire, les Forces de sécurité intérieure (FSI) libanaises avaient en août annoncé l’arrestation de deux Palestiniens soupçonnés d’appartenir à l’ex-groupe extrémiste sunnite Jound al-Cham, qui a fusionné récemment avec un autre groupuscule, Osbat al-Ansar.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *