Libye : La menace plane sur Bani Walid

Libye : La menace plane sur Bani Walid

La menace d’une attaque planait lundi sur Bani Walid, au sud-est de Tripoli, devenue selon les nouvelles autorités un repaire pour des proches de Mouammar Kadhafi en fuite, après l’échec de négociations pour sa reddition pacifique. «Nous attendons les ordres pour lancer l’attaque ou prolonger l’ultimatum jusqu’à samedi», a déclaré Abdelrazzak Naduri, numéro 2 du conseil militaire de Tarhouna, à environ 80 km au nord de Bani Walid. «Il n’y a pas d’affrontements et il y a des gens qui essaient de faire en sorte que les discussions se poursuivent», a-t-il ajouté. «Nous ne voulons pas de bain de sang et nous espérons recevoir de bonnes nouvelles dans la journée». Dimanche soir, le principal négociateur du côté du Conseil national de transition (CNT), Abdallah Kenchil, avait pourtant annoncé que les négociations présentées comme celles de la «dernière chance» avaient échoué. Un haut responsable militaire de Misrata, bastion du nouveau régime au nord-ouest de Bani Walid, a pour sa part assuré à l’AFP lundi matin, sous couvert d’anonymat, que les négociations se poursuivaient. «Il n’y a pas de combat autour de Bani Walid, et il n’y aura pas de combat», a-t-il ajouté. Les combattants de Misrata avaient déjà annoncé il y a plusieurs jours qu’ils resteraient en retrait de Bani Walid, à cause d’un vieux contentieux tribal existant entre la ville côtière et l’oasis. En revanche, ils envoient régulièrement des patrouilles dans le désert autour de la ville. Vendredi, des observateurs ont repéré «un grand convoi» de véhicules pro-Kadhafi arrivant à Bani Walid, située à une centaine de km au sud-est de Tripoli. Et dans la nuit de samedi à dimanche, «une partie du convoi est repartie vers le sud», pour une destination inconnue dans le désert, selon un chef de brigade à Misrata. Selon M. Kenchil, Mouammar Kadhafi, certains de ses fils et nombre de ses proches sont passés par Bani Walid ces derniers jours, mais beaucoup «se sont échappés», à l’exception notable de deux fils Kadhafi, Saadi et Mouatassim et de l’ex-porte-parole du régime Moussa Ibrahim.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *