L’indépendance du Kosovo suscite un froid diplomatique

La Serbie est entrée mardi dans une période de froid diplomatique avec les Occidentaux en riposte à leur reconnaissance de l’indépendance du Kosovo avant une grande manifestation à Belgrade jeudi pour montrer l’unité des Serbes contre le nouvel Etat kosovar.Annoncée par le Premier ministre nationaliste Vojislav Kostunica, dès la proclamation de l’indépendance kosovare, cette manifestation doit être la plus grande de l’histoire récente de la Serbie et réunir, selon le voeu des dirigeants, des centaines de milliers de personnes au coeur de la capitale, devant le Parlement. La Serbie a d’autre part lancé son plan de riposte à l’indépendance en rappelant ses ambassadeurs en poste dans les pays qui ont reconnu le nouvel Etat kosovar que Belgrade qualifie de «fantoche». L’ambassadeur serbe aux Etats-Unis, considérés comme responsables de la perte du Kosovo et stigmatisés comme le «4e Reich», a été rappelé en premier, suivi par ceux de la Turquie et de la France. Le rappel des ambassadeurs serbes ne signifie nullement que leurs homologues en poste à Belgrade aient à quitter la capitale. Le gouvernement s’en est également pris aux «terroristes» qui ont proclamé l’indépendance demandant à la justice d’inculper les trois principaux leaders kosovars : le président Fatmir Sejdiu et deux anciens leaders de la guérilla séparatiste albanaise : le Premier ministre Hashim Thaci, et le président du Parlement Jakup Krasniqi. L’attitude irréductible de Belgrade et le froid diplomatique qu’elle entraîne avec les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) risquent de retarder le rapprochement avec l’Europe des 27 alors que Belgrade était déjà en mesure de signer l’Accord de stabilisation et association, premier pas vers son intégration. La Serbie va également tenter d’empêcher le Kosovo d’adhérer aux organisations internationales, l’ONU et l’OSCE en particulier. Mais au Conseil de sécurité de l’ONU, soutenue par son puissant allié slave, la Russie, elle a plaidé en vain pour que les Nations unies annulent la proclamation d’indépendance du Kosovo, alors que l’Etat kosovar est déjà reconnu par de nombreux pays. 

• André Birukoff (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *