L’islamophobie envahit l’Union européenne

«Les musulmans dans l’Union européenne – discrimination et islamophobie» est le titre du rapport de 115 pages qui a été publié lundi 18 décembre par le Centre européen contre le racisme et la xénophobie (EUMC). Selon cette étude, la première consacrée aux quelque 13 millions de musulmans des 25 pays de l’Union européenne, ces personnes sont en butte à une montée d’islamophobie. Ce rapport coïncide avec une surveillance croissante des musulmans de l’UE en raison du terrorisme et d’un accroissement de l’immigration en provenance des pays islamiques. D’après l’EUMC, l’islamophobie se manifeste de différentes manières : agressions, discriminations dans l’emploi, l’éducation et le logement. Le document tente d’analyser le peu de données disponibles sur les actes de discrimination et d’islamophobie. Il précise que ces actes, qui vont des menaces verbales aux agressions physiques, restent sous-déclarés. Il cite également des centaines de cas de violence ou de menaces qui ont été signalés depuis 2004 : des actes de vandalisme contre des mosquées et des centres islamiques, des insultes visant des femmes voilées ou encore des agressions. Beate Winkler, directrice de l’EUMC souligne que les musulmans pensent que leur acceptation est de plus en plus fondée sur l’« assimilation» et l’idée selon laquelle ils devraient perdre leur identité musulmane. Notamment depuis les attentats du 11 septembre 2001, beaucoup d’entre eux ont le sentiment d’être l’objet «d’une suspicion générale de terrorisme». La directrice de l’EUMC explique également que la situation défavorisée des musulmans d’Europe, les preuves d’une montée de l’islamophobie et les craintes suscitées par des processus d’aliénation et de radicalisation ont déclenché un débat intense dans l’UE.
Enfin, le rapport de l’EUMC qui attire l’attention sur le fait que ces musulmans d’Europe doivent bénéficier «des mêmes droits à l’égalité de traitement et de la même qualité de vie que les autres Européens», recommande aux 25 pays de l’UE de mettre en place des mesures visant à lutter plus efficacement contre l’islamophobie qui les envahit. «Les mesures et les pratiques de lutte contre la discrimination et la marginalisation sociale doivent devenir des priorités politiques», plaide l’EUMC. L’organisation appelle également l’Union à améliorer l’égalité d’accès à l’emploi et à se pencher sur «les raisons des différences de niveaux d’études».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *